Cet article date de plus de cinq ans.

Parker confirme qu'il sera du TQO et des JO avec les Bleus

Le meneur de l'équipe de France Tony Parker a affirmé qu'il participera bien au tournoi de qualification olympique ainsi qu'au Jeux de Rio (5-21 août), si la France se qualifie, dans un entretien à L'Equipe. "Oui, je serai là pour le TQO et je serai aux JO si on se qualifie. Je veux jouer en équipe de France", a déclaré le joueur, dont l'épouse attend un deuxième enfant qui devrait naitre cet été. C'est pour cela que l'emblématique meneur de jeu avait mis en doute sa participation au TQO.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Batum, Parker, deux des leaders de l'Equipe de France (CITIZENSIDE/ANN-DEE LAMOUR / CITIZENSIDE.COM)

"On en a beaucoup discuté avec Axelle (sa femme, ndlr) et on s'est mis  d'accord. Il fallait qu'on prenne la décision à deux. Elle sait combien c'est  important pour moi. On a évalué toutes les situations et j'ai pris ma décision.  J'ai dit: j'y vais quand même, c'est un beau challenge", a expliqué le joueur des San Antonio Spurs, qui a reconnu avoir été pris de court lorsque, dans son émission sur RMC où il a révélé sa prochaine nouvelle paternité, on l'a questionné sur l'été prochain. "Je n'ai jamais dit que je ne viendrais pas en équipe de France ou que je n'allais pas jouer. J'ai juste dit que ce serait difficile en termes de timing. Ma prioirté aujourd'hui, c'est ma famille, mon épouse. Il y a zéro chance et pas moyen que je loupe la naissance de mon enfant." Après discussions avec sa femme, la décision a donc été prise: "On a évalué toutes les situations et j'ai pris ma décision. J'ai dit: j'y vais quand même, c'est un beau challenge."

Parker s'en prend à Beesley, le DTN

Les Bleus doivent disputer un TQO relevé du 4 au 10 juillet à Manille  (Philippines) où seul le vainqueur décrochera un billet pour les JO-2016. Ce tournoi, Tony Parker n'a pas pensé "une seconde" à ne pas le jouer. "Je me suis juste dit que j'allais faire beaucoup d'heures d'avion !" Désormais, le N.9 des Spurs est sous la pression de sa femme: "Elle a envie que je termine bien et elle m'a déjà prévenu: 'Je veux bien que tu y ailles, mais tu as intérêt à rapporter une médaille !'. C'est une grosse motivation de plus maintenant", explique-t-il dans cet entretien. Il lance néanmoins une pique à Patrick Beesley, directeur technique national, qui avait dit à propos du dilemme de TP: "Il faut que Tony gère son problème". "Je ne savais pas qu'avoir un enfant, c'était un problème ! Ensuite, je n'ai pas besoin de l'autorisation de Patrick Beesley pour m'expliquer et contrôler ma com' ou pour faire quoi que ce soit ! Ce n'est pas lui le boss, c'est Jean-Pierre Siutat (le président de la FFBB). Et lui, il m'a appelé pour me féliciter." 

L'autre ombre à l'horizon, ce sont les négociations de contrat pour les joueurs NBA comme Batum, Gobert, Fournier et Mahinmi: "A mon avis, ces quatre joueurs ne seront pas tous là."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.