Natation: Béryl Gastaldello dans les temps pour Tokyo mais pas encore qualifiée

Lors des Championnats de France de natation qui ont débuté ce jeudi à Saint-Raphaël, Béryl Gastaldello s'est emparée de la pôle position. La française s'est imposée en finale du 100m en 53 secondes 40. Une performance qui lui permet de remplir un des critères de sélection pour les Jeux Olympiques de Tokyo.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Béryl Gastaldello  (STEPHANE KEMPINAIRE / KMSP)

Béryl Gastaldello s'est placée en pole position pour se qualifier au plus vite pour les Jeux de Tokyo. En remportant la finale du 100 m sous le temps exigé, la française de 25 ans s'est imposée en 53 sec 40, soit treize centièmes plus vite que le chrono minimal demandé (53.53). Derrière elle, Marie Wattel (53.72) et Charlotte Bonnet (53.82).

Une pole position à conserver 

Même si Béryl Gastaldello est la première à réussir à remplir ce critère chronométrique, sa qualification pour le JO de Tokyo n'est pas pour autant assurée. Pour cela, elle devra rester la nageuse française la plus rapide sur la distance jusqu'au bout de la première fenêtre de qualification olympique. Fenêtre qui ne se refermera que le 21 mars 2021, selon le nouveau système mis sur pied par l'encadrement tricolore. Pas de quoi la contrarier la nageuse : "Rien n'est joué" mais "je ne me sens pas sur un siège éjectable, je vais garder ma place", lance la sprinteuse installée au Texas.

Valeur montante de la natation française depuis deux saisons, Béryl Gastaldello s'était pour l'instant illustrée en petit bassin, aux Championnats d'Europe à Glasgow en décembre 2019. Pour ces Championnat de France en grand bassin, la française s'est elle même surprise : "Je ne m'attendais pas à nager aussi vite (en finale). Je suis fière de moi. Ça prouve que mon travail paie, et que j'arrive à le transférer du petit bain au grand bain, ce qui est important pour les Jeux", souligne Gastaldello.

Un retour à la compétition plus compliqué pour Charlotte Bonnet 

Pour sa compatriote Charlotte Bonnet, le retour à la compétition ne s'est pas passé comme elle l'aurait souhaité. Après dix mois d'arrêt forcé suite à la pandémie de Covid-19, le retour dans les bassins semble plus compliqué : "Clairement, je manque grave de repères, de courses avec de la concurrence", reconnaît celle qui était quintuple tenante du titre national du 100 m. "J'ai du mal à mettre en application ce que j'ai pu travailler à l'entraînement, autant sur la technique que sur la stratégie." Mais à la veille de s'aligner sur le 200m, sa course de prédilection qui l'a sacré championne d'Europe en 2018, Charlotte Bonnet ne baisse pas les bras : "Mais ce n'est pas terminé. C'est une année très particulière et il va falloir vite rebondir"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.