Les Jeux Olympiques de Tokyo 2021

JO de Tokyo : le patron des Jeux Yoshiro Mori démissionne après le scandale provoqué par ses propos sexistes

Après le scandale provoqué par ses propos sexistes, le président du comité d'organisation des Jeux olympiques de Tokyo 2020 (Tocog), Yoshiro Mori, a présenté sa démission, ce vendredi. S'il avait dans un premier temps refusé de quitter son poste, les réactions de Japonais, de sportifs et de sponsors ont eu raison de sa volonté.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants japonais avaient réclamé ces derniers jours la démission de Yoshiro Mori (NORIKAZU TATEISHI / YOMIURI)

"Mes déclarations inappropriées ont causé beaucoup de trouble (...). Je souhaite démissionner de la présidence dès aujourd'hui", a déclaré ce vendredi Yoshiro Mori, lors d'une réunion du conseil exécutif de Tokyo 2020. Cet ancien Premier ministre japonais (2000-2001) avait déclaré la semaine dernière que les femmes avaient des difficultés à parler de manière concise lors des réunions, ce qu'il trouvait "embêtant".

Des critiques venues de sponsors et de sportifs 

L'homme de 83 ans s'était excusé maladroitement le lendemain, tout en excluant initialement de démissionner. Mais une avalanche de critiques avait suivi au Japon comme à l’étranger. Plusieurs sponsors des Jeux de Tokyo s’étaient offusqués publiquement des déclarations de Yoshiro Mori, comme le constructeur automobile Toyota : "Nous sommes déçus par les récents commentaires du président du Tocog, qui sont contraires aux valeurs que Toyota respecte et soutient". 

Le Comité International Olympique, qui avait jugé l’affaire close après les excuses de Mori, avait dû revoir sa position, et estimait finalement que ses propos étaient "complètement inappropriés". La joueuse de tennis japonaise Naomi Osaka, en compétition pour conquérir son quatrième titre du Grand Chelem à l’Open d’Australie, avait elle aussi recadré Mori : "C'est la déclaration d'un ignorant. Les gens qui font ce type de déclarations devraient se renseigner sur ce dont ils parlent".

Selon les médias japonais, il pourrait être remplacé par l'ancien footballeur Saburo Kawabuchi, âgé de 84 ans. Premier dirigeant de la J-League (1991-2002) puis de la fédération japonaise de football de 2002 à 2008, il occupe actuellement la fonction symbolique de maire du village olympique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.