JO 2021 : "Quand j'ai vu le drapeau japonais je me suis dit 'aïe, aïe, aïe dans trois ans c'est notre tour !'", s'enthousiasme Tony Estanguet

"En tant qu'athlète c'est un moment vraiment que l'on ne peut vivre que pendant les Jeux olympiques", a confié sur franceinfo le président du Comité d'organisation des JO de Paris 2024, triple médaille d’or de canoë-kayak slalom, en évoquant la cérémonie d'ouverture de ce vendredi.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le président du Comité d'organisation des JO de Paris 2024, Tony Estanguet, assiste à un point de presse, le 20 juillet 2021, à Tokyo (Japon). (HERVIO JEAN-MARIE / KMSP)

"Quand j'ai vu le drapeau japonais je me suis dit 'aïe, aïe, aïe dans trois ans c'est notre tour ! Ça va être génial'", s'enthousiasme sur franceinfo Tony Estanguet, le président du Comité d'organisation des JO de Paris 2024, membre du CIO, triple médaille d’or de canoë-kayak slalom aux JO de Sydney (2000), Athènes (2004) et Londres (2012). Il a pu assister vendredi 23 juillet à la cérémonie d'ouverture de la 32e olympiade au stade olympique de Tokyo. La cérémonie a été marquée par l'absence de public et une minute de silence respectée en hommage aux soignants mobilisés dans le monde tout au long de la crise sanitaire. La compétition se tient finalement sans public en raison de la dégradation de la situation sanitaire au Japon et des réticences de la population sur place. Près de 378 sportifs tricolores sont en lice.

>> VIDEO. JO 2021 : deux porte-drapeaux, un salto... L'entrée en fanfare de la France à Tokyo

franceinfo : Quelle est votre impression à l'issue de cette cérémonie d'ouverture ?

Tony Estanguet : Enfin, enfin ! C'est parti, ces Jeux débutent, ça faisait tellement longtemps qu'on les attendait. La magie des Jeux est enfin de retour. J'étais ravi de rentrer dans ce stade olympique de Tokyo. On est tous, je crois, soulagés. C'est un message fort envoyé aux athlètes car ça fait tellement longtemps qu'ils attendent ce moment-là. Ça a été deux années terriblement compliquées pour eux. Ce sont des rêves qui vont se réaliser à travers cette olympiade. Le monde du sport a souffert pendant cette crise et de voir cet événement se tenir c'est un message d'espoir aussi pour notre société, qui va devoir s'habituer à ce Covid, à cette pandémie et retrouver des moments collectifs d'émotion. C'est vrai que c'était particulier, ces Jeux seront uniques pour les athlètes. Mais encore une fois, même s'il n'y avait pas de public dans le stade olympique, je pense que les athlètes français et tous ceux des 200 délégations sont très fiers d'incarner leur pays. Il y a plusieurs centaines de millions de personnes qui ont regardé cette cérémonie à travers le monde. Les athlètes peuvent représenter leur pays dans le monde entier et vivre ce moment, certes masqués, certes à huis clos, mais quand même avec une émotion très forte.

Vous avez été porte-drapeau à Pékin en 2008, cela fait-il remonter des souvenirs ?

Oh que oui ! C'était pour moi une grande émotion, parce qu'évidemment ça m'a rappelé cette cérémonie d'ouverture de 2008 où j'étais porte-drapeau et même mes quatre cérémonies d'ouverture en tant qu'athlète. En tant qu'athlète c'est un moment vraiment que l'on ne peut vivre que pendant les Jeux olympiques.

"On a d'autres compétitions comme les championnats du monde où l'on vit des moments sportifs très forts, mais cette cérémonie d'ouverture, où l'on défile avec tous les athlètes de tous les pays, c'est vraiment un moment magique."

Tony Estanguet

à franceinfo

Et c'est aussi un moment d'excitation pour moi puisque je me projette dans trois ans. Dans trois ans où ce sera notre tour ! Quand j'ai vu le drapeau japonais je me suis dit "aïe, aïe, aïe dans trois ans c'est notre tour ! Ça va être génial"

26 juillet 2024, c'est la date de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Paris 2024, est-ce que vous y pensiez forcément en regardant la cérémonie de Tokyo ?

Exactement, à chaque seconde j'ai comparé en me disant "ça c'est noté, c'était chouette il y avait un petit peu d'humour, là il y avait un message de diversité… et là par contre c'était un peu long ! Alors ça il faudra peut-être qu'on raccourcisse". J'étais un peu dans cette analyse permanente pour voir comment on en tire les bons enseignements, comment on bâtit nous une cérémonie à l'image de nos Jeux, qu'on veut spectaculaires. Et on va observer dans le détail tous ces Jeux de Tokyo, ce sont des grosses journées, on est vraiment sur tous les fronts pendant trois semaines pour tout observer, tous les sports, toutes les opérations autour des jeux, tous les transports, l'hébergement, la restauration, tout le système de gestion des athlètes, toute la technologie autour des Jeux. Demain on participe à la réunion de coordination des Jeux de Tokyo qui a lieu tous les matins, on a la chance de pouvoir être ici et d'assister à ces décisions qui sont prises en temps réel, pour essayer de bien comprendre ce qui nous attend dans les trois prochaines années.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.