Les Jeux Olympiques de Tokyo 2021

JO 2021 : Bonnet, Pothain et Atsu qualifiés sur 200 m nage libre

Trois nouveaux nageurs se sont qualifiés pour les Jeux olympiques de Tokyo, jeudi, à Chartres

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Jordan Pothain à Budapest, le 20 mai 2021. (TOBIAS SCHWARZ / AFP)

Charlotte Bonnet, Jordan Pothain et Jonathan Atsu ont décroché leur billet pour les Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet-8 août) sur 200 m nage libre lors des Championnats de France de natation à Chartres.

Après avoir dominé les séries matinales, Pothain a remporté la finale en 1 min 46 sec 83, devant Atsu (1:46.97). Grâce à leur bon temps, les deux nageurs se sont qualifiés et font partie des chanceux qui vont défendre les couleurs de la France aux JO. Finaliste olympique du 400m en 2016, le Grenoblois revient de très loin. En difficulté, il n'avait plus été aussi performant sur un 200 m depuis les précédentes sélections olympiques en mars 2016 (1:46.81). Pothain avait cependant donné un indice de sa renaissance au départ du 4x200 m aux récents Championnats d'Europe mi-mai à Budapest en lançant le relais français en 1 min 46 sec 91. "Je l'ai fait, c'est dingue ! Je savoure d'autant plus après tout ce qu'il s'est passé depuis Rio. C'est une belle récompense", a-t-il souri la voix tremblante d'émotion

Charlotte Bonnet soulagée

Passée plusieurs fois près de la qualification olympique au cours de la première phase de sélection, Charlotte Bonnet a finalement empoché son billet. Meilleur temps des séries dans la matinée (1:59.72), Charlotte Bonnet a remporté la finale en 1 min 56 sec 67 (1 min 57 sec 28 étaient demandées par l'encadrement bleu, pour se qualifier). Les longues embrassades partagées avec ses coéquipières et son compagnon, le nageur suisse Jérémy Desplanches, ne mentent pas. "C'est un énorme soulagement tellement j'avais de l'appréhension et de la pression par rapport à cette qualification olympique", reconnaît la championne d'Europe 2018 de la distance.

"Clairement, avec toutes les occasions que j'ai eues, la déception de ne pas monter sur le podium (à Budapest), repartir à chaque fois au boulot, la tête dans le guidon, à un moment ça coince", avouait-elle jeudi soir. De son 200 m chartrain, "j'avais l'impression de jouer une finale dans un grand championnat tellement j'avais de stress", raconte-t-elle. "Il y avait tellement d'enjeu que je n'ai pas pu mettre en place tout ce qu'on a travaillé comme je voulais, je ne fais pas une super course et je m'arrache à la fin pour faire ce p... de chrono. J'ai dû perdre plusieurs kilos de boulet que je traînais..."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.