Cet article date de plus de trois ans.

JO 2018 : Les hockeyeuses nord-coréennes arrivent au Sud pour former une équipe

Douze, elles sont douze joueuses nord-coréennes de hockey à être arrivées au Sud pour former une équipe unifiée en vue des prochains Jeux Olympiques d'hiver à PyeongChang (9-25 février), une première depuis près de trois décennies.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les hockeyeuses nord-coréennes sont arrivées au Sud pour former une équipe (KOREA POOL / KOREA POOL)

Les joueuses vêtues de survêtements siglés "DPR Korea", nom officiel de la Corée du Nord, ont franchi la frontière par la route non loin de Kaesong, la zone industrielle opérée conjointement par les deux Corées jusqu'en 2016.  Leurs nouvelles coéquipières leur ont offert des bouquets de fleurs à leur arrivée à l'installation de hockey sur glace de Jincheon, pour y commencer l'entraînement. "Je suis heureux que le Nord et le Sud se soient unis pour la compétition", a dit l'entraîneur nord-coréen Pak Chol Ho, cité par la presse. Les 12 Nord-Coréennes se joindront aux 23 Sud-Coréennes initialement choisies, aux termes du récent accord trouvé par les Corées et le Comité international olympique.

Les Sud-Coréens loin d'être enchantés

Des voix se sont élevées au Sud pour s'inquiéter que cette addition soudaine d'un nombre imposant de sportives à quelques jours de la compétition -- pour laquelle le Sud s'est qualifié en tant qu'hôte plutôt qu'au mérite -- ne perturbe l'alchimie de l'équipe. La controverse a valu à M. Moon un plongeon de sa cote de popularité, à 60%, soit le niveau le moins enviable depuis sa prise de fonctions en mai 2017. Les enquêteurs du sondeur RealMeter imputent ce recul à l'équipe unifiée ainsi qu'au sentiment que le gouvernement a fait trop de concessions pour arracher la participation du Nord.

Les hockeyeuses disputeront un match de préparation contre la Suède le 4 février à Incheon.
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.