Cet article date de plus de cinq ans.

JO 2016 : Avec Phelps, Biles ou Williams, la ruée vers l’or de la "Team USA"

Avec l'inusable Michael Phelps en natation, la virevoltante Simone Biles en gymnastique et l'indéboulonnable "Team USA" pourtant privée de ses stars NBA, les Etats-Unis ne manqueront pas à Rio de chercheurs d'or patentés, sans compter leurs innombrables nouvelles pépites.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le nageur américain Michael Phelps (JEFF CURRY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Même si le Comité olympique américain rechigne officiellement à chiffrer le volume de médailles qu'il attend de sa campagne brésilienne, sa délégation à Rio, forte de 555 sportifs, dont 292 femmes, un record, ne peut viser que la première place du tableau des nations, comme en 1996 (101, dont 44 en or), 2000 (91, dont 37 en or), 2004 (101, dont 35 en or) et 2012 (103, dont 46 en or).

Phelps, l’aboutissement


À Rio, où il s'apprête à disputer sa dernière compétition, Justin Gatlin et le grand espoir Trayvon Bromell tenteront eux de faire tomber la star du sprint Usain Bolt, tandis que le roi incontesté des épreuves combinées Ashton Eaton est sans rival en décathlon.

Et même si elle ne fait pas autant rêver que ses devancières, en particulier la "Dream Team" de 1992, après les forfaits de LeBron James, Stephen Curry ou encore James Harden, "Team USA", emmenée par Carmelo Anthony, Kevin Durant et Kyrie Irving, est la grande favorite du tournoi olympique de basket, tout comme son homologue féminine, en quête d'un sixième titre consécutif, ainsi que celles de football et de volley, sans oublier le beach-volley.


La star du tennis féminin Serena Williams, championne olympique en titre en simple et en double avec sa sœur Venus, a toujours rapporté au moins un titre en trois participations aux JO.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tokyo 2020

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.