Paris 2024 : "Toutes les options sont ouvertes" pour les épreuves de surf à Tahiti, reconnaît la directrice du site

La polémique autour de l'installation d'une tour à Teahupo’o, spot où doit avoir lieu l'épreuve olympique de surf, pousse le Comité d'organisation de Paris 2024 à évaluer d'autres options.
Article rédigé par Loris Belin, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'actuelle tour du spot de Teahupo'o, où doit se tenir la compétition de surf des Jeux Olympiques de Paris 2024 (WSL / MAXPPP)

La compétition de surf des Jeux olympiques 2024 pourrait être bouleversée moins de neuf mois avant sa tenue. La polémique quant à l'installation d'une tour en aluminium destinée à accueillir les juges sur le site de Teahupo’o, lieu retenu pour les épreuves, agite l'opinion et fait bouger les organisateurs. Après la prise de parole du président polynésien Moetai Brotherson, mardi 7 novembre, et sa volonté de ne pas voir cette nouvelle tour être installée, le Comité d'organisation des Jeux (Cojop) a reconnu que le lieu des compétitions est actuellement réétudié.

Interrogée par La Dépêche de Tahiti en marge du Forum des îles du Pacifique, Barbara Martins-Nio, directrice du site de Tahiti pour le Cojop, a admis que le Comité travaillait sur une révision de sa copie. "On rechallenge tout, on repart de zéro. Depuis un mois, nos équipes sont mobilisées pour tout remettre à plat. Toutes les options sont ouvertes." Il y a quelques jours, Tony Estanguet, le président du Comité d'organisation, avouait, dans L'Equipe, "qu'on est prêt à étudier des propositions concrètes pour améliorer encore le projet et réduire l'impact si c'est possible", tout en affirmant "le projet actuel à Teahupo'o est toujours devant." 

Des avancées après le 15 novembre

"Nous étudions collectivement tous les scénarios possibles - en lien avec le gouvernement Polynésien - pour permettre aux compétitions de surf de se dérouler sur le site exceptionnel de Teahupo'o, que nous souhaitons préserver, respecter et valoriser à l'occasion des Jeux, a ajouté le Comité d'organisation mercredi dans un communiqué transmis à l'AFP. Les réflexions et études vont se poursuivre dans les semaines à venir afin de trouver la solution pour organiser les épreuves sur le site de Teahupo'o".

Cette tour en aluminium, scellée dans la mer par des plots en béton armé, fait l'objet d'une vive contestation de la population locale, d'activistes écologistes ou d'une partie des acteurs du monde du surf. La structure viendrait remplacer celle en bois déjà existante qui sert jusqu'alors pour les juges de compétitions internationales se tenant à Teahupo’o, mais considérée comme plus aux normes pour la tenue des JO.

Selon Barbara Martins-Nio, citée par La Dépêche de Tahiti, les bureaux d’études et maîtrises d’ouvrage rendront leurs résultats sur le sujet pas avant le 15 novembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.