JO 2022 : comme à Sotchi et Pyeongchang, le relais français de ski de fond décroche la médaille de bronze sur le 4x10 km

Richard Jouve, Hugo Lapalus, Clément Parisse et Maurice Manificat ont apporté dimanche une neuvième médaille à la délégation français, la première de ces Jeux pour les fondeurs tricolores.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le fondeur français Clément Parisse lors du relais 4x10 km aux JO de Pékin, le 13 février 2022. (ODD ANDERSEN / AFP)

L’honneur est sauf pour l’équipe de France de ski de fond. L'équipe tricolore a conservé sa place sur le podium du relais 4x10 km aux Jeux olympiques de Pékin, dimanche 13 février. Depuis 2014, les Bleus sont abonnés à la médaille de bronze. Richard Jouve, Hugo Lapalus, Clément Parisse et Maurice Manificat ont réalisé une course parfaite pour finir derrière les Russes, largement au-dessus du lot avec Chervotkin, Bolshunov, Spitsov et Ustiugov, et la Norvège de Johannes Klaebo.

Placé en lanceur sur le premier relais en classique, Richard Jouve n’a pas semblé très à son aise. Pendant qu’Alexey Chervotkin dynamitait la course en s’échappant au quatrième kilomètre, le Français se calait dans le groupe des poursuivants, le plus souvent dans les skis du Norvégien Emil Iversen, avant de céder une poignée de secondes dans le dernier kilomètre.

Il a fallu un énorme effort de Hugo Lapalus dans la deuxième partie de son relais pour revenir au contact des nations médaillables. Une course à élimination se préparait pour les deux derniers relais en skating, avec un match à cinq pour les deux dernières places sur le podium. Les Russes étaient en effet déjà loin devant après le relais de Bolshunov, sacré en skiathlon au tout début des Jeux.

Maurice le magnifique

A une minute derrière le Comité olympique russe, la Norvège menait la chasse par l'intermédiaire de Hans Christer Holund. Le rythme imposé sortait la Finlande et l’Allemagne du jeu. Costaud en début de relais, Clément Parisse serrait les dents mais parvenait à lancer idéalement Maurice Manificat, qui faisait partie des deux équipes médaillées à Sotchi et Pyeongchang. En délicatesse dans les descentes où la glisse semblait faire défaut, le plus grand fondeur tricolore de l'histoire (dix victoires en Coupe du monde) donnait tout dans les bosses pour lâcher le Suédois.

Ski de fond : accélération de Maurice Manificat

Le Savoyard y parvenait à moins de cinq kilomètres du but, grillant même la priorité au Norvégien Johannes Klæbo. Sans surprise, ce dernier donnait un dernier coup de collier pour décrocher le Français et assurer l’argent à 1'07"2 des Russes. A 35 ans, "Momo" pouvait lui savourer sa troisième médaille olympique. Hystériques sur la ligne d’arrivée, ses coéquipiers pouvaient le porter en triomphe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ski de fond aux JO d'hiver 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.