Cet article date de plus de deux ans.

JO 2022 : après une deuxième sortie de piste en trois jours, comment Mikaela Shiffrin peut-elle se relever ?

Pour sa deuxième course en trois jours, l'Américaine est encore sortie de la piste à l'occasion du slalom olympique, mercredi.

Article rédigé par Quentin Ramelet - De notre envoyé spécial à Yanqing
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 4 min
Mikaela Shiffrin à terre après sa nouvelle sortie de piste très précoce en slalom aux JO de Pékin, le 8 février 2022. (ZHANG CHENLIN / XINHUA)

Le temps filait à vive allure, alors que le froid tentait de figer les quelques mines excitées par le spectacle à venir. Puis, subitement, tout s'est écroulé devant elle. Seulement quelques secondes, et le silence de cathédrale a laissé place à une stupeur générale, marquée par un immense "Woooooh" collectif. Le désarroi est total, de l'aire d'arrivée jusqu'aux tribunes trop faiblement garnies, ici en plein cœur des montagnes menaçantes de Yanqing.

Bénévoles, accrédités, et évidemment le clan américain : tous libèrent Le Cri d'Edward Munch, les mains liées à leur visage. Même elle, Mikaela Shiffrin, n'en revient toujours pas. La tête entre les jambes, prostrée sur ce si cruel tapis blanc. Celui-ci n'est pas magique, il est tragique pour la reine déchue.

Pendant de longues minutes, Mikaela Shiffrin est restée clouée au sol. "On s'est demandé si elle n'avait pas eu un souci à son dos, mais non, elle était juste anéantie, c'était dur à voir", a même observé, médusée, notre consultante Carole Montillet. En deux courses et trois jours seulement, la double médaillée d'or aux Jeux olympiques (slalom en 2014 et géant en 2018) est sortie à deux reprises de cette piste. Cinq portes en géant lundi dernier, puis cinq portes encore une fois, mercredi 9 février, à l'occasion du slalom. Avec deux abandons en seulement dix portes parcourues, il est maintenant question de savoir comment la quadruple championne du monde de slalom va s'en relever.

Deux sorties de suite sur deux courses techniques, une première depuis 2011 

Car si ce double échec est si cuisant pour Shiffrin, qui visait l'or sur les deux courses - "ses meilleures chances" comme elle les avaient justement identifiées - c'est aussi parce qu'elle est réputée pour proposer un ski plus fiable que n'importe quelle autre concurrente. "Cela fait deux erreurs qu'elle n'avait jamais faites depuis très longtemps, nous affirme Carole Montillet. Elle avait enfourché il y a un mois (à Kranjska Gora, le 9 janvier) mais c'était une première depuis quatre ans." Pire, la star de la délégation américaine n'avait plus abandonné deux fois de suite sur des épreuves techniques depuis presque 11 ans. Elle n'avait que 16 ans, et elle commençait tout juste à concourir avec les seniors.

Mais alors, qu'a-t-il bien pu se passer ? Carole Montillet, championne olympique de la descente à Salt Lake City (2002), tente de l'expliquer : "Je ne l’ai pas reconnue dans sa manière de skier. Elle s’est vraiment précipitée. D'habitude, en slalom, elle est toujours posée, elle pousse, elle part, et elle se met en place tranquillement. Là, en fait, elle a coupé un peu les trajectoires et avec cette qualité de neige, ça a été fatal puis ça a fini au tapis en trois secondes."

Sortie lors du slalom géant il y a quelques jours, Mikaela Shiffrin avait l'occasion de se relancer lors du slalom. Malheureusement, l'Américaine est sortie dès les premières portes et ne remportera une deuxième médaille d'or dans cette spécialité.
Slalom (F) : Mikaela Shiffrin part à la faute dans la première manche Sortie lors du slalom géant il y a quelques jours, Mikaela Shiffrin avait l'occasion de se relancer lors du slalom. Malheureusement, l'Américaine est sortie dès les premières portes et ne remportera une deuxième médaille d'or dans cette spécialité.

C'est une vraie rengaine désormais : la neige de culture du site de Yanqing est plus piégeuse que jamais. "Cette neige est compliquée à skier, complète notre consultante, c’est vraiment très différent de ce qu’ils connaissent. On dit que c'est une neige accrochante, mais là elle est aussi fuyante un peu. On n’arrive pas vraiment à se poser dessus, ça accroche mais les sensations sont particulières." 

Pour la principale intéressée, qui s'est longuement exprimée en zone mixte les yeux longtemps rougis par ses larmes, il n'y a pas d'excuses à chercher : "Peut-être que j'avais dépassé ma limite (...) Je suis partie avec un état d'esprit très solide et j'ai été mise hors course. C'est décevant."

"Je n'ai jamais été dans cette situation auparavant et je ne sais pas comment m'y prendre"

Il s'agit maintenant de sortir la tête de l'eau, même si l'Américaine semblait véritablement touchée à l'issue de cette nouvelle désillusion : "Je n'ai jamais été dans cette situation auparavant et je ne sais pas comment m'y prendre." "Maintenant il va vraiment falloir qu’elle arrive à faire un peu le vide autour de tout ça", espère Carole Montillet qui met l'accent également sur son entourage : "La chance qu'elle a, c’est qu’il y a son compagnon de vie (Aleksander Aamodt Kilde) qui est là aussi. Et dans ces moments-là, c’est hyper important. Je pense que tous les deux, ils peuvent arriver à passer à autre chose.

Il lui reste donc au moins trois courses pour sauver sa quinzaine olympique, à savoir le super-G, dès vendredi, puis plus tard la descente et le combiné alpin. "En vitesse, tu as zéro chance de sortie donc ça serait vraiment pas de bol, et en super-G, elle peut vraiment faire quelque chose, elle sera peut-être très revancharde en plus", prédit enfin notre consultante. Rendez-vous, donc, vendredi 11 février pour un nouvel épisode. Joyeux ou malheureux ? Mikaela Shiffrin a forcément la réponse, que ça soit dans ses spatules, ou dans sa tête.

À regarder

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.