Sécurité alimentaire pendant les JO : le gouvernement prévoit d'effectuer 100 000 contrôles cette année

Pour éviter tout problème sanitaire pendant les Jeux olympiques, le ministère prévoit de doubler le nombre de contrôles par rapport à l'an dernier, selon les informations de France Inter.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le ministère promet de contrôler tous les établissements manipulant des aliments aux abords des sites de compétition. (OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP)

Le gouvernement compte renforcer la sécurité alimentaire du pays hôte à l'approche des JO et prévoit d'effectuer 100 000 contrôles cette année, soit presque le double par rapport à 2023, selon les informations de France Inter, vendredi 12 avril.

Durant la période des Jeux, environ 13 millions de repas seront distribués sur les sites des Jeux olympiques, dont cinq millions aux spectateurs et aux touristes. Pour empêcher la propagation de maladies alimentaires et ainsi éviter de ternir l'image de la France, pays de la gastronomie, la nouvelle police sanitaire va multiplier les contrôles dans les restaurants et les boulangeries notamment. Le ministère de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire promet de contrôler tous les établissements manipulant des aliments autour des sites des épreuves.

Renfort chez les inspecteurs et dans les laboratoires

À noter que depuis janvier 2024, le ministère gère l'ensemble des contrôles sanitaires, de la production à la distribution en passant par la transformation. Cette police unique sanitaire des aliments a été renforcée d'une trentaine d'agents supplémentaires depuis le début de l'année et 1 500 contrôles ont déjà été effectués en Ile-de-France. Pendant les Jeux ils seront aidés par des entreprises spécialisées et, à leur tour, les laboratoires recevront une dizaine de personnes en renfort pour analyser au plus vite les échantillons douteux.

Pour Pascal Mousset, président du groupement des hôtelleries et restaurations d'Ile-de-France, la multiplication des contrôles n'est pas nécessaire : "On est des professionnels, on n'a pas attendu les JO pour bien faire notre travail", assure-t-il. Pour marquer le coup d'envoi de la nouvelle police sanitaire, le ministre Marc Fesneau se rend ce vendredi à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) sur un site de compétition des Jeux, dans un restaurant avec des contrôleurs sanitaires.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.