Salaires : ils veulent des primes pendant les Jeux olympiques

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Salaires : ils veulent des primes pendant les Jeux olympiques
Article rédigé par France 2 - C. Rougerie, A. Sylvain, F. Le Moal, L. Haedrich, D. Chevalier
France Télévisions
France 2
Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé des primes pour les policiers et les gendarmes qui participeront à la sécurisation des Jeux olympiques l’été prochain. Cela a suscité de nouvelles demandes.

Lors des Jeux olympiques, les athlètes ne seront pas les seuls en piste. Salariés et agents vont être fortement sollicités. Seront-ils récompensés et à quelle hauteur ? Les négociations ont démarré. Premiers à se mobiliser mi-janvier, les policiers ont réussi à obtenir une prime de 1 900 euros en raison du “très haut niveau d’engagement auquel ils seront confrontés” à cette période, a annoncé Gérald Darmanin, il y a quelques jours. Dans une circulaire signée Élisabeth Borne, une majoration de rémunération est bien prévue mais elle ne pourra dans tous les cas pas dépasser 1 500 euros brut. Une différente qui ne passe pas chez les syndicats de la fonction publique. 

Des primes prévues pour plusieurs métiers 

Le bras de fer est enclenché, la course à la prime est lancée. Chez Aéroports de Paris, la direction veut éviter tout conflit, elle prévoit une prime de 70 à 100 euros brut par vacation pendant et après les épreuves des JO. En revanche, côté RATP, le compte n’y est pas, la CGT estime “insuffisant” le bonus de 10 à 15 euros par jour selon les métiers. Dans les hôpitaux de Paris, les syndicats réclament, eux, 2 000 euros pour tous les agents. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.