Paris 2024 : les Jeux vont "évidemment attirer des cyberattaques", prévient l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information

Vincent Strubel, directeur général de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information, estime le 11 juillet sur France Inter que les Jeux Olympiques de Paris 2024 vont "évidemment attirer des cyberattaques" qui pourraient, selon lui, venir d'États.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Vincent Strubel, directeur général de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information. (France Inter)

À près d'un an de l'ouverture des Jeux Olympiques de Paris 2024, le directeur général de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information déclare sur France Inter le 11 juillet que les JO de Paris vont "évidemment attirer des cyberattaques de tout type". Vincent Strubel met en avant la "portée médiatique, symbolique et économique de l'évènement : hors normes à tout point de vue, y compris celui de la cybersécurité".

>> Paris 2024 : le chantier colossal de la cybersécurité pour découvrir d'éventuelles failles permettant à "un hacker de s'inflitrer"

Des attaques possibles contre le chronométrage ou le contrôle antidopage

Ce spécialiste s'attend par exemple à "des attaques d'origine étatique, notamment contre le contrôle antidopage ou contre le chronométrage". Vincent Strubel évoque également la possibilité de cyberattaques "portant atteinte à la symbolique de l'événement : on pourrait imaginer une tentative de perturber la cérémonie d'ouverture en bloquant la billetterie, en bloquant les transports", explique le directeur général de l'Anssi. 

Vincent Strubel alerte aussi sur "le crime organisé [qui] n'épargne personne. Il est évident que dans cette période particulière des Jeux olympiques il se déchaînera contre l'ensemble des entités qui participent à l'organisation des Jeux et qui seront peut-être plus incitées à payer des rançons", ajoute-t-il. 

Le directeur général de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information assure que "l'État s'est mobilisé très tôt sur ce sujet-là". Il indique que l'Anssi a "travaillé sur les entités les plus critiques pour l'organisation des Jeux", en les "auditant et leur donnant de bons conseils : on a un travail actuellement pour élargir ce cercle", précise-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.