Paris 2024 : le comité d'organisation des Jeux olympiques cherche encore des financeurs

Malgré l'arrivée de Sodexo parmi les sponsors des Jeux de Paris 2024, il manque encore 400 millions euros pour boucler le budget. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les anneaux olympiques sur le parvis de l'Hôtel de ville de Paris, le 1er septembre 2021. (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

À près de 1 000 jours des Jeux olympiques de Paris 2024, le Comité d'organisation tente de séduire les grandes entreprises françaises, car les sept milliards d'euros de budget doivent être financés à 97% par des fonds privés. Alors que Los Angeles, qui organise les jeux de 2028, semble très en avance, Paris a encore du chemin avant de boucler son budget, même si une nouvelle signature vient de porter à dix le nombre de sponsors : Sodexo, entreprise de la restauration collective.

Sodexo verse une participation financière et gagne le droit de vendre près de 15 millions de repas pendant un mois et demi. "Nous sommes particulièrement contents et nous sommes particulièrement heureux, confie Franck Chanevas, le directeur général de Sodexo, qui accueille avec une "immense fierté la participation active" de l'entreprise "à cet événement". "C'est exceptionnel pour Paris, c'est exceptionnel pour la France et ça le devient aussi pour Sodexo !" se félicite le directeur général. 

Encore 400 millions à trouver

Une banque, un fournisseur d'électricité, un opérateur téléphonique ou encore un laboratoire pharmaceutique font partie des dix entreprises partenaires qui apportent plus de 600 millions d'euros. Il en manque encore 400 millions, que Marlène Masure, directrice commerciale de Paris 2024 va devoir aller chercher. Mais "il ne faut pas voir les Jeux comme une source de dépenses", estime-t-elle. "Il faut voir les Jeux comme une opportunité de répondre à des marchés des Jeux en premier lieu, d'ouvrir de nouveaux marchés, de collaborer entre partenaires, avec l'ensemble des prestataires qui vont livrer les Jeux, explique-t-elle. On est dans les temps de passages et il nous reste trois ans pour aller chercher le dernier tiers."


Paris 2024 n'est pas en retard, mais plusieurs facteurs handicapants rendent les négociations difficiles. "Jusqu'ici dans les Jeux olympiques, vous étiez tranquille pour préparer votre commercialisation pour la vente des anneaux, explique Vincent Chaudel, économiste du sport. Sauf que, fait exceptionnel, on connaît déjà celui qui va les utiliser en 2028 qui est Los Angeles, et qui a pu travailler auprès des grands annonceurs, notamment les grands annonceurs américains, explique-t-il. Donc probablement que certains annonceurs américains de taille mondiale vont décider ou ont décidé de mettre le paquet sur Los Angeles. La deuxième chose c'est le Covid-19, qui a décalé les Jeux de Tokyo, ce qui fait que les annonceurs des Jeux olympiques de Paris 2024 vont pouvoir utiliser trois ans les anneaux et pas quatre. L'exploitation des anneaux c'est maintenant." 

Paris 2024 fera d'autres annonces d'ici à la fin de l'année. Des pourparlers sont notamment en cours avec les grandes entreprises françaises du luxe  qui n'ont pas trop souffert pendant la crise sanitaire.

Paris 2024 cherche encore des sponsors : le reportage de Guillaume Battin
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Paris 2024

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.