Paris 2024 : la réquisition de logements étudiants du Crous suspendue par la justice

Le tribunal administratif de Paris a suspendu, vendredi, la décision du Crous de réquisitionner près de 3 000 logements étudiants l'été prochain pour accueillir le personnel des Jeux olympiques.
Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
Jeux olympiques Paris 2024. (XOSE BOUZAS / AFP)

Annoncée en mai dernier par le ministère des sports, la réquisition de près de 3 000 logements étudiants en Île-de-France l'été prochain pour accueillir le personnel (forces de sécurité, soignants, secouristes, chauffeurs d'autobus, agents de sécurité privée) des Jeux olympiques de Paris 2024 a pris un peu de plomb dans l'aile. Le tribunal administratif de Paris a suspendu en référé, jeudi 31 août, la décision du Crous de limiter les baux d'occupation des logements étudiants au 30 juin 2024. Cela fait suite à une procédure judiciaire entamée par le syndicat Solidaires.

Selon le tribunal administratif, la décision du Crous "revient à faire primer les intérêts des participants aux Jeux olympiques sur la situation des étudiants alors que les Crous ont pour mission d'assurer aux étudiants une qualité de vie, au regard des incertitudes qui l'entourent".

La justice dénonce une "absence de garanties offertes aux étudiants"

Il dénonce l'absence de "garanties offertes aux étudiants" et reproche au Crous d'avoir pris une décision qui "réduit le nombre de logements mobilisés pour les personnes prioritaires".

En mai, des étudiants avaient publié sur X (anciennement Twitter) une capture d'écran d'un courriel envoyé par le Crous avertissant que la résidence étudiante devrait être "vide de tout habitant à compter du 1er juillet 2024".

Dans un communiqué, le Cnous (Centre national des œuvres universitaires et scolaires, qui pilote le réseau des Crous) dit prendre acte de cette décision, mais rappelle que "contrairement à ce que laissent entendre certains commentaires, il ne sera jamais question de priver un étudiant de logement pendant les Jeux olympiques de Paris 2024".

La ministre de l'Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau, a également réagi sur X en assurant qu'il "n'a jamais été envisagé de priver un étudiant de logement pendant les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024".

"Rien qu'en Ile-de-France, 6 000 logements sont inoccupés chaque été (...) Il est donc logique qu'une partie de ces logements inoccupés en Ile-de-France soit mise à disposition de l'organisation des Jeux", écrit-elle. Pour les étudiants souhaitant être logés durant la période des JO, la ministre s'engage à un "relogement de proximité", et une "prise en charge des coûts pour ce déplacement".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.