Paris 2024 : Vladimir Poutine sous-entend qu'il ne respectera pas la trêve olympique

Deux ans après le début de l'invasion de l'Ukraine, la Russie ne devrait pas respecter la trêve olympique pendant les Jeux de Paris cet été.
Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
Valdimir Poutine lors d'une réunion à Sotchi, le 4 octobre 2023. (SIPA)

Le président russe Vladimir Poutine a laissé entendre qu'il ne respectera pas la trêve olympique et poursuivra les combats en Ukraine pendant les JO de Paris, contrairement aux souhaits de son homologue français Emmanuel Macron. "Ces principes olympiques, y compris la trêve olympique, sont très justes [...] Mais peu de pays l'ont respectée dans l'Histoire, à l'exception de la Grèce antique", a expliqué à la presse russe Vladimir Poutine, vendredi 17 mai, à l’issue d'un déplacement de deux jours en Chine.

Pour le dirigeant russe, comme la Russie a été exclue des Jeux de Paris à cause de son invasion de l'Ukraine, elle n'aurait pas à se plier aux principes du Comité international olympique. "Les fonctionnaires sportifs internationaux violent aujourd'hui les principes de la Charte olympique [...] à l'égard de la Russie en empêchant nos sportifs de participer aux JO sous leur drapeau, avec leur hymne national, mais ils veulent que nous nous pliions aux règles qu'ils nous imposent", a-t-il déclaré. "Pour exiger quelque chose des autres, il faut soi-même respecter les règles", a-t-il conclu.

Emmanuel Macron veut "tout faire" pour avoir une trêve olympique

Vladimir Poutine a ordonné l'invasion de l'Ukraine en février 2022 et revendique l'annexion de cinq régions ukrainiennes. L'armée russe vient en outre de lancer une nouvelle offensive sur la région septentrionale de Kharkiv. Emmanuel Macron a assuré vouloir "tout faire" pour avoir une trêve olympique à travers le monde durant les JO. Il a affirmé que le président Xi Jinping lui avait apporté début mai son soutien.

Xi Jinping et Vladimir Poutine, qui se sont vus longuement à Pékin jeudi, n'ont pas évoqué publiquement le sujet. La Russie avait déjà fait la guerre à la Géorgie durant les JO de Pékin de 2008, lorsque Tbilissi avait voulu reprendre le contrôle d'un territoire séparatiste soutenu par Moscou.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.