Paris 2024 : des mesures spécifiques pour que les sportifs puissent voir leurs enfants

Les enfants des athlètes ne pourront pas accéder au Village mais le Comité olympique a prévu des zones dédiées pour que les sportifs puissent profiter de leur famille.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Les bureaux du Comité olympique à Saint-Denis, le 8 février 2024. (DIMITAR DILKOFF / AFP)

Il y a d’abord le cas particulier des mamans qui allaiteront pendant les Jeux. Pour elles, des chambres seront louées spécialement, aux frais du Comité olympique, dans le tout nouvel Hôtel Pleyel, collé au Village. Ce seront des chambres doubles, prévues pour accueillir aussi un accompagnant.

Une solution idéale pour la para-athlète Manon Genest, dont la fille a bientôt deux ans. "J'ai besoin de ça pour être bien au quotidien, dans mon entraînement, et savoir aussi pourquoi je m'entraîne. Parce que si c'est pour être séparée de ma fille, je crois que je ne l'aurais pas supporté", témoigne la championne du monde de paratriathlon en 2016.

Pas d'enfant au Village

Pour les autres, ceux qui souhaiteraient loger au Village des athlètes mais voir leurs enfants - de tous âges - pendant la quinzaine, le Comité olympique privatise un espace de 100 m2, toujours dans l’Hôtel Pleyel.

En revanche,  pas question de faire entrer des enfants au Village, même avec le système de "pass invité", regrette Astrid Guyart, secrétaire général du Comité olympique. "Quand un enfant entre dans le Village, il a forcément un accompagnant. Donc pour inviter un enfant, il faut en fait deux 'passes invités'… Quand on en a qu'une cinquantaine, c'est vrai que c'est difficile de répondre à l'ensemble des demandes. Alors que dans cet espace Pleyel, l'ensemble des parents accrédités pourront voir leurs enfants dans un espace dédié."

Des mesures qui représentent un coût d’environ 40 000 euros au total, puisque plus de 120 athlètes - hommes et femmes - pourraient être concernés, soit plus d’un quart de la délégation française.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.