Cet article date de plus de deux ans.

JO 2022 : un retour de la pollution inquiète les autorités à Pékin

En raison du froid qui sévit sur le nord de la Chine, le gouvernement chinois n’exclut pas une vague de pollution qui pourrait s’abattre sur Pékin pendant les Jeux olympiques. Les autorités annoncent des mesures d’urgence.

Article rédigé par franceinfo - Sébastien Berriot
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le nid d'oiseau, stade au sein duquel s'est déroulée la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Pékin, le 4 février 2022. (SEBASTIEN BERRIOT / RADIO FRANCE)

Le ciel est resté bleu et totalement dégagé à Pékin depuis le coup d’envoi des Jeux olympiques d’hiver vendredi 4 février mais la pollution pourrait faire son retour au dessus de la capitale chinoise. C’est en tout cas ce que redoutent les autorités qui s’apprêtent à demander à certaines industries de réduire leur cadence pendant la durée des épreuves.

Lorsque la ville de Pékin a décroché les jeux d’hiver en 2015, la capitale chinoise a déclaré une véritable guerre à la pollution. Des dizaines de centrales à charbon ont été fermées et délocalisées. À l’approche des jeux, l’été dernier, plusieurs industries lourdes ont reçu pour consigne de réduire de moitié leur production et 25 millions de foyers du nord du pays ont vu leurs poêles à charbon remplacés par des brûleurs moins polluants.

Des mesures d’urgence autour des sites olympiques

Ce travail a porté ses fruits. La qualité de l’air à Pékin, irrespirable en 2014, s’est très nettement améliorée. Mais avec la vague de froid plus précoce qui s’abat en ce moment sur le nord de la Chine, la consommation de charbon explose et les autorités redoutent un épisode de pollution sur Pékin pendant les Jeux olympiques. Le risque est de voir des compétitions se dérouler sous un épais brouillard, des scènes évidemment très mauvaises pour l’image du pays.

Dans ce contexte, le gouvernement se dit prêt à prendre des mesures d’urgence autour des sites olympiques. Liu Youbin, l’un des porte-parole du ministère chinois de l’Environnement, expliquait le 24 janvier dernier que "les gouvernements locaux de Pékin, du Hebei et dans d'autres provinces et municipalités voisines sont autorisés, par décision de l'Assemblée nationale populaire, à prendre les mesures nécessaires pendant les Jeux olympiques, pour imposer des restrictions temporaires aux entreprises les plus polluantes, en tout cas celles qui ont un impact économique relativement faible". Le gouvernement chinois garantit que ces restrictions n’auront pas de conséquences pour la population avec des coupures d’électricité et de chauffage, comme cela avait été le cas à l’automne 2021.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.