JO 2021 : les gymnastes allemandes en combinaison, plutôt qu'en justaucorps

Elles sont arrivées au dernier tour des qualifications en arborant une combinaison rouge et blanche, recouvrant les jambes et les bras.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les gymnastes allemandes Elisabeth Seitz, Sarah Voss, Pauline Schaefer-Betz et Kim Bui, le 25 juillet 2021 à Tokyo. (MARIJAN MURAT / DPA / AFP)

Les gymnastes allemandes ont pris part, dimanche 25 juillet, aux qualifications des Jeux olympiques de Tokyo en combinaison, comme elles l'avaient déjà fait lors des derniers championnats d'Europe en avril dernier, revendiquant la nécessité d'être à l'aise pour pratiquer leur sport.

Elisabeth Seitz, Sarah Voss, Pauline Schaefer-Betz et Kim Bui sont arrivées au dernier tour des qualifications en arborant une combinaison rouge et blanche, recouvrant les jambes et les bras. A Bâle (Suisse), en avril, elles avaient déjà choisi de revêtir une combinaison plutôt que le traditionnel justaucorps, ce qui est autorisé par la Fédération internationale de gymnastique (FIG).

"Se sentir bien et rester élégante"

L'idée est de "se sentir bien et de rester élégante", avait expliqué Sarah Voss (21 ans) sur son compte Instagram. "Quand la puberté a commencé, quand j'ai eu mes règles, j'ai commencé à me sentir de moins en moins à l'aise", avait-elle aussi détaillé auprès de la chaîne de télévision allemande ZDF. "Petite fille, je ne voyais pas la tenue serrée comme un gros problème", avait-elle dit.

Elisabeth Seitz, elle, avait fait état, sans entrer dans les détails, des nombreuses photos de jeunes filles gymnastes circulant sur internet qui attiraient selon elle beaucoup de monde et pas seulement les amateurs de sport. Quitter le justaucorps et enfiler la combinaison est donc "un signal important" dans un sport réputé pour sa dureté et sa rigueur, avait insisté la médaillée européenne et mondiale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux olympiques de Tokyo 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.