Paris 2024 : au cœur de l’entraînement de la "bulle de sécurité" de la flamme

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Le 8 mai prochain, la flamme olympique commencera son épopée sur le sol français pour un relais qui traversera plus de 400 villes, sous haute surveillance. Une équipe de France Télévisions a suivi en exclusivité l'entraînement du groupe de policiers et gendarmes en charge de sa sécurité.
Paris 2024 : au cœur de l’entraînement de la "bulle de sécurité" de la flamme Le 8 mai prochain, la flamme olympique commencera son épopée sur le sol français pour un relais qui traversera plus de 400 villes, sous haute surveillance. Une équipe de France Télévisions a suivi en exclusivité l'entraînement du groupe de policiers et gendarmes en charge de sa sécurité. (France 2)
Article rédigé par France 2 - M. Boisseau, B. Poulain, J. Lourdour, A. Da Silva
France Télévisions
France 2
Le 8 mai prochain, la flamme olympique commencera son épopée sur le sol français pour un relais qui traversera plus de 400 villes, sous haute surveillance. Une équipe de France Télévisions a suivi en exclusivité l'entraînement du groupe de policiers et gendarmes en charge de sa sécurité.

Une équipe de France Télévisions a suivi un entraînement à la protection du relai de la flamme olympique. Des policiers et gendarmes forment une bulle de sécurité, autour d’un porteur en gilet orange. Ils se préparent notamment à repousser un individu qui voudrait s’emparer de la torche. La flamme est un symbole mondial, et donc une tribune qui peut être prise pour cible comme à Paris, en 2008, avant les Jeux de Pékin. Sous la pression de militants pro-Tibet, le feu olympique avait été éteint. 

Jusqu’à 200 membres des forces de l’ordre mobilisés au total

20 km de course sont prévus par jour. "C’est une qualité physique et une concentration super importante", confie le brigadier-chef Benjamin, de la police nationale. L’itinéraire de la flamme, connu à l’avance par le public, est donc plus simple à traquer. En plus de la bulle de sécurité, d’autres policiers et gendarmes, dont le GIGN et des équipes anti-drones, intégreront le convoi. Jusqu’à 200 membres des forces de l’ordre au total seront mobilisés. Après deux semaines d’entraînement, chacun mesure l’ampleur du défi, mais aussi le privilège d’être au cœur de l’événement. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.