Athlétisme : Lasitskene et trois autres Russes autorisés en compétition comme athlètes "neutres"

Les Russes Mariya Lasitskene, Anzhelika Sidorova, Aksana Gataullina et Ilya Ivanyuk sont autorisés à courir sous banière neutre.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 La Russe Maria Lasitskene est autorisée à faire son retour à la compétition sous banière neutre. (VLADIMIR ASTAPKOVICH / SPUTNIK)

Quatre athlètes russes, dont la triple championne du monde de saut en hauteur Mariya Lasitskene, ont reçu l'autorisation de concourir à l'international en tant qu'athlètes "neutres" a indiqué vendredi World athletics, selon un système né à la suite d'un vaste scandale de dopage institutionnalisé en Russie.

Mariya Lasitskene, les perchistes Anzhelika Sidorova (championne du monde en titre) et Aksana Gataullina et le sauteur en hauteur Ilya Ivanyuk peuvent désormais concourir hors de Russie et peuvent prétendre à une sélection aux Jeux olympiques de Tokyo (23 juillet - 9 août), où un quota de 10 Russes sera autorisé à disputer les épreuves en athlétisme.

World athletics a décidé en mars de relancer le processus d'attribution du statut d'"athlète neutre autorisé" (ANA), qui permet aux Russes de concourir en dehors de leur pays sous de strictes conditions de respect des règles antidopage.

Une première depuis 2019

Le système avait été suspendu en novembre 2019, la Fédération russe d'athlétisme (Rusaf) étant accusée d'avoir aidé le sauteur en hauteur Danyl Lysenko à fournir de faux documents pour justifier un manquement à ses obligations de localisation pour des contrôles antidopage.

La fédération russe est suspendue des compétitions d'athlétisme depuis novembre 2015 et la révélation d'un système de dopage institutionnalisé. La Russie a par ailleurs été exclue pour deux ans des grandes compétitions internationales par le Tribunal arbitral du sport (TAS) en décembre, qui a toutefois laissé la possibilité d'un système d'athlètes neutres comme en athlétisme.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.