Cet article date de plus de deux ans.

Euro 2021 : l'Italie qualifiée pour les quarts de finale après sa victoire en prolongation contre l'Autriche

Grande favorite contre l'Autriche au coup d'envoi de son huitième de finale de l'Euro 2021 samedi, l'Italie s'est employée plus que prévu pour continuer sa route dans la compétition.

Article rédigé par Andréa La Perna, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Federico Chiesa a délivré l'Italie en prolongation contre l'Autriche à l'Euro 2021, le 26 juin. (FRANK AUGSTEIN / POOL)

Au regard de sa quiétude estivale, tout devait se passer sans accroc. Mais l'Italie a dû se battre pendant 120 minutes pour éliminer l'Autriche en huitièmes de finale de l'Euro 2021 (2-1), à Wembley samedi 26 juin. La Squadra Azzurra aura dû attendre la prolongation pour enfin trouver la faille face à un adversaire qui lui aura fait dépenser de l'énergie jusqu'au bout. Roberto Mancini, le sélectionneur bat ainsi le record d'invincibilité (31 matches consécutifs) à la tête de la sélection. Il datait de plus de 80 ans et l'ère de Vittorio Pozzo, l'homme qui avait mené l'Italie sur le toit du monde à deux reprises, entre 1935 et 1939.

Chiesa en libérateur

Face à l’Autriche, la Nazionale a arboré deux visages, tantôt dominatrice, tantôt balbutiante. Après avoir largement dominé la première période (12 tirs à un seul), les joueurs de Roberto Mancini ont perdu la pleine maîtrise du match au retour des vestiaires. Pas une seule occasion franche à se mettre sous la dent dans le second acte. Pourtant, Nicolo Barella avait poussé Daniel Bachmann à une parade du pied dès la 14e minute et Ciro Immobile avait fracassé le poteau d'une frappe soudaine de l'extérieur de la surface (33e).

Pour applaudir enfin cette équipe à qui l’on commençait pourtant à promettre les cimes, il aura fallu attendre la prolongation. La lumière est venue du banc des remplaçants et plus précisément de Federico Chiesa, buteur lors d’un Euro 25 ans après son père Enrico. Rare satisfaction de la Juventus Turin cette saison, l'ailier aura été l’une des seules d’une Italie poussive samedi. Trouvé par l’inusable Leonardo Spinazzola au deuxième poteau, Chiesa a redressé le ballon d’un contrôle de la tête, avant de rabattre le ballon au sol pour éliminer son adversaire et enchaîner avec une reprise de volée imparable (95e).

Une alerte avant le choc

De quoi montrer la voie. Alors que l’Italie était restée muette pendant plus de 90 minutes, elle a inscrit deux buts en dix minutes. Matteo Pessina s’est chargé du break, opportuniste avec une frappe croisée (105e). Un but qui aura son importance pour rester à l’abri sur la réduction du score de Sasa Kalajdzic (114e). D’une tête plongeante diabolique au premier poteau malgré la présence de trois défenseurs, le géant autrichien a forcé la Nazionale à aller chercher un ballon au fond de ses filets pour la première fois de l’Euro. Comme lors du temps réglementaire, l’Italie a bien transpiré en seconde période.

Mais l'essentiel est là. Pour la quatrième édition consécutive, la sélection transalpine jouera une place dans le dernier carré d'un championnat d'Europe, après avoir échoué à l'atteindre en 2008 et 2016 mais pas en 2012. Avec un sésame en poche pour les quarts de finale, la Nazionale attend désormais de savoir qui du Portugal ou de la Belgique la rejoindra.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.