Euro 2024 : l'Espagne remporte largement le choc contre la Croatie et lance parfaitement son tournoi

En démonstration durant les 45 premières minutes, l’Espagne a décroché un large succès contre la Croatie (3-0), samedi, et prend déjà une option pour la qualification en huitièmes de finale.
Article rédigé par franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Les Espagnols célèbrent un but lors du match Espagne-Croatie au premier tour de l'Euro, à l'Olympiastadion de Berlin (Allemagne), le 15 juin 2024. (ANDREAS GORA / DPA)

Une Roja impressionnante d’entrée. Opposée à la Croatie dans le premier véritable choc de cet Euro, l'Espagne s’est aisément imposée à l’Olympiastadion de Berlin (3-0), samedi 15 juin. Grâce à des buts d’Alvaro Morata, Fabian Ruiz et Dani Carvajal, tous inscrits en première période, les Espagnols avaient quasiment assuré leur succès dès la mi-temps. Ils pourront sereinement regarder la prestation italienne contre l'Albanie, avant de retrouver les Transalpins lors du prochain match. Les Croates, eux, devront absolument réagir contre l'Albanie.

Après une première demi-heure de domination espagnole stérile, Alvaro Morata (29e), bien lancé en profondeur par Fabian Ruiz, a fait sauter le verrou croate. La Roja a ensuite passé la vitesse supérieure. Elle a d'abord doublé la mise par l’intermédiaire de Fabian Ruiz, auteur d’un joli numéro dans la surface (32e), avant que Dani Carvajal ne corse l'addition dans le temps additionnel (45e+2).

Une Croatie bien trop maladroite

Si l'Espagne s'inquiète pour Alvaro Morata et Rodri, sortis sur blessure, elle pourra se consoler avec la très bonne performance de Lamine Yamal, plus jeune joueur de l’histoire à jouer lors d'un Euro, à 16 ans et 338 jours. Pour les Vatreni, la question sera de savoir comment ils ont pu terminer ce match sans marquer une seule fois. Que ce soit Mateo Kovacic (30e) ou Lovro Majer (34e), les Croates ont eu maintes occasions de revenir au score, comme sur un centre tir de Josko Gvardiol (41e). En deuxième période, l’énorme raté de Josip Stanicic a symbolisé le manque de réalisme croate, tout comme le pénalty raté de Bruno Petkovic (80e).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.