"L'Enfant à la bulle de savon" est bien un Rembrandt

L'œuvre a été retrouvée, 15 ans après son vol, à Draguignan (Var).

Le conservateur du musée de Draguignan (Var) montre l\'emplacement du tableau de Rembrandt volé en juillet 1999.
Le conservateur du musée de Draguignan (Var) montre l'emplacement du tableau de Rembrandt volé en juillet 1999. (PASCAL GUYOT / AFP)

L'Enfant à la bulle de savon, une petite toile de 60 cm sur 49, signée Rembrandt, a été dérobée en juillet 1999 au musée municipal de Draguignan (Var). Mercredi 19 mars, plusieurs médias ont annoncé qu'elle avait été retrouvée, 15 ans après, à 90 km de là, à Nice.

Jeudi 20 mars, alors que le site La Tribune de l'Art a émis l'hypothèse que le tableau ne soit pas l'œuvre du maître, une source proche de l'enquête a indiqué à l'AFP qu'il était authentique et que les deux receleurs présumés seraient déférés devant le parquet jeudi après-midi.

Authentifié par l'ancien directeur du musée

L'ancien directeur du musée varois, Régis Fabre, aujourd'hui retraité, et l'actuelle directrice du musée, Jeanine Bussières, se sont rendus en milieu de matinée à l'antenne de la police judiciaire (PJ) de Nice, chargée de l'enquête avec l'Office central de lutte contre le trafic des biens culturels, afin d'authentifier la toile. Selon la même source, le tableau sera présenté à l'occasion d'un point presse à 16 heures, avant sa restitution au musée de Draguignan. 

Plus tôt dans la journée, Jacques Foucart, ancien conservateur des peintures nordiques au Louvre, interrogé par le site La Tribune des Arts, avait indiqué qu'il s'agissait en effet  "d’un tableau français du XVIIIe siècle d’inspiration rembranesque à situer entre des artistes comme Santerre et Raoux", mais pas d'un Rembrandt. 

Un tableau estimé à plus de 3 millions d'euros

Les enquêteurs de l'Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC), en coordination avec la police judiciaire de Nice, ont interpellé jeudi deux personnes en possession de l'œuvre attribuée au peintre hollandais.

Ces deux hommes, dont un ex-assureur, connus des services de police pour des faits de petite délinquance, avaient été placés sous surveillance à la suite d'un renseignement. Ils ont été placés en garde à vue.

A l'époque du vol du Rembrandt, la toile était estimée à environ 20 millions de francs, soit plus de 3 millions d'euros. Les auteurs du vol étaient entrés par effraction dans la bibliothèque municipale, contiguë au musée, alors que se déroulait la parade militaire des chars et véhicules blindés pour la fête nationale. L'alarme avait retenti, mais les policiers, arrivés trop tard, n'avaient pu arrêter les malfaiteurs, partis avec le tableau au cadre en bois doré du XVIIIe siècle.