Un plâtre de Rodin découvert par hasard dans un garde-meuble du Pays basque

En 2013, des commissaires-priseurs palois découvrent un plâtre de Rodin après le décès de sa propriétaire. L'œuvre est aujourd'hui classée "trésor national".

Le plâtre de Rodin \"Je suis belle\" retrouvé dans un garde-meuble de Biarritz en 2013.
Le plâtre de Rodin "Je suis belle" retrouvé dans un garde-meuble de Biarritz en 2013. (ETUDE GESTAS & CARRERE)

C'est une œuvre unique qui doit être présentée pour la première fois vendredi 31 mars 2017 à Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques. Il s'agit d'une sculpture de Rodin, dont on commémore justement le centenaire de la mort en 2017, évaluée à au moins 700 000 euros et qui a été découverte ... par hasard !

Pendant des années, cette statuette a trôné dans l'appartement d'une vieille dame, à Pau, puis dans sa chambre dans une maison de retraite du Pays basque où elle a fini ses jours. Au milieu des bibelots, l'œuvre est longtemps passée inaperçue. Elle n'a été découverte qu'après le décès de sa propriétaire en 2013, dans un carton rangé dans un garde-meuble de Biarritz.

"Je suis belle"

La sculpture en plâtre mesure 72 cm et représente un homme nu, les muscles saillants, qui porte une jeune femme. Sur le socle, Rodin a gravé sa signature. C'est un travail préparatoire à la sculpture en bronze baptisée "Je suis belle".

Patrice Carrère, le commissaire-priseur et patron de l'hôtel des ventes de Pau qui a fait la découverte, n'en revient toujours pas. Il se souvient de sa surprise quand il s'est retrouvé face à l'œuvre : "Les premières secondes, c'est : 'non ce n'est pas vrai ce n'est pas possible !', raconte-t-il. Les plâtres ont les traces des empreintes digitales du maître, les traces de ses ongles dans le façonnage".

C'est un moment qui restera gravé dans ma mémoire et dans la carrière.Patrice Carrère, le commissaire-priseur à l'origine de la découverteà franceinfo

Comment se fait-il que personne ne se soit aperçu de ce chef-d’œuvre avant ? "Il est très poussiéreux et très sale donc cela attire moins l'œil, tente de comprendre Elisabeth Maréchaux, spécialiste de l'œuvre de Rodin. Et puis on ne voyait pas forcément la signature, il faut vraiment se pencher dessus pour la voir. Les gens pouvaient se dire 'c'est la reproduction en plâtre d'une sculpture de Rodin'."

Rodin l'aurait réalisé vers 1885

Les experts ont déjà la quasi-certitude de se trouver face à une pièce d'importance. Après quatre mois de travail, ils ont pu certifier l'authenticité de la sculpture, Rodin l'aurait réalisée autour de l'année 1885, selon eux. Il reste maintenant à reconstituer le parcours précis de cette œuvre achetée par un collectionneur à la fin du XIXe siècle.

"On est sur une pièce unique, une pièce inconnue qui a probablement une histoire que nous allons découvrir petit à petit", se réjouit Jérôme Le Blay, membre fondateur du Comité Auguste Rodin. Ce genre de découverte arrive "régulièrement", assure l'expert. "Ici au Comité Rodin, nous découvrons chaque année deux ou trois pièces qui nous permettent d'avancer dans la connaissance de Rodin, poursuit Jérôme Le Blay. Elle viennent pour la plupart de collections privées françaises."

Ce plâtre de Rodin vient d'être classé "trésor national" par le ministère de la Culture, ce qui empêche qu'il ne quitte la France pendant 30 mois. Après le décès de sa propriétaire, quelques héritiers indirects se sont fait connaître. Ils devront décider du sort de ce chef-d’œuvre. En attendant, il est exposé vendredi après-midi à l'hôtel des ventes de Pau.