Cet article date de plus de six ans.

Après la séquence jugée homophobe dans "Touche pas à mon poste", le patron de C8 défend Cyril Hanouna

Franck Appietto, le directeur général de la chaîne, a aussi dénoncé "un amalgame", visant à fragiliser l'émission de l'animateur.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Cyril Hanouna, le 23 janvier 2016, à Paris.  (MAXPPP)

Le directeur général de C8 défend Cyril Hanouna après la polémique suscitée par une séquence jugée homophobe dans l'émission spéciale "TPMP on Air, Radio Baba Hot Line". "Cyril Hanouna est tout sauf homophobe", a affirmé Franck Appietto, invité sur Europe 1, mardi 23 mai. 

Cyril Hanouna a piégé, en direct, jeudi 18 mai, des homosexuels avec une fausse annonce postée sur un site de rencontres. La séquence a suscité une vive émotion de la part des téléspectateurs. Plus de 20 000 signalements ont été envoyés au CSA. "C'était un canular, cela a été mal interprété. On le regrette, continue le patron de la chaîne du groupe Canal+. Je comprends très bien que la séquence ait pu heurter." Franck Appietto s'est engagé à diffuser sur les antennes du groupe un message pour lutter contre l'homophobie. 


Cyril Hanouna reconnaît une erreur, mais dénonce l'acharnement médiatique

Il a ensuite accusé ceux qui se sont indignés de la séquence, en dénonçant "un amalgame". "On essaye de fragiliser l'émission d'access en accusant Cyril Hanouna d'homophobie", précisant que le canular a eu lieu lors d'une émission de deuxième partie de soirée qui s'appelait "Radio Baba" et non lors de la quotidienne de "Touche pas à mon poste", diffusée à partir de 19 heures. 

"Je suis assez choqué de voir des producteurs indépendants, concurrents de Cyril [Hanouna], mettre la liste des annonceurs sur Twitter en appelant les gens à boycotter ses marques", a continué le patron de la chaîne, précisant qu'il ne s'excuserait pas au-delà de ce qu'a fait Cyril Hanouna. Lundi 22 mai, l'animateur avait reconnu "une erreur" tout en dénonçant "l'acharnement médiatique".  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.