Quand "Direct Matin", propriété de Bolloré, s'enthousiasme pour la nouvelle formule du "Grand Journal"

Le journal gratuit dresse, jeudi, un bilan dithyrambique de l'émission, malgré des audiences en chute libre. 

Maïtena Biraben pose avec ses chroniqueurs sur le plateau de la nouvelle formule du \"Grand journal\", à Canal+, le 4 septembre 2015.  
Maïtena Biraben pose avec ses chroniqueurs sur le plateau de la nouvelle formule du "Grand journal", à Canal+, le 4 septembre 2015.   ( MAXPPP)

"Un casting plein d'audace", "un vent de fraîcheur", "une belle alchimie" entre Maïtena Biraben et ses chroniqueurs... Dans son édition du jeudi 24 septembre, Direct Matin, le quotidien gratuit propriété du groupe Bolloré, qui détient également Canal+, ne tarit pas d'éloges pour la nouvelle formule du "Grand Journal", dont les audiences sont pourtant en chute libre depuis la rentrée. Un décalage souligné par de nombreux internautes sur Twitter. 

Le "Grand journal" a réuni 562 000 personnes, mercredi 23 septembre, contre 915 000 téléspectateurs pour la première édition, lundi 7 septembre. Mais la pire audience de l'émission depuis près de dix ans a été atteinte le 18 septembre, avec 546 000 télespectateurs. Selon Le Monde, la direction de la chaîne veut malgré tout "donner du temps" à Maïténa Biraben, la présentatrice.

La nouvelle formule, trop lisse, au goût de déja-vu et aux chroniqueurs trop discrets, a été vivement critiquée par les médias. Direct Matin vante, au contraire, les mérites de "la joyeuse troupe" qui anime l'émission, avec Lauren Bastide, "la défricheuse", Augustin Trapenard, "l'érudit" et Cyrille Eldin, "l'effronté".  Selon Le Monde, des ajustements devraient pourtant avoir lieu : la direction de Canal+ étudierait l'arrivée ou le remplacement de chroniqueurs.