VIDEO. Dans la tête d'un funambule : "quand on tombe, on tombe qu'une fois"

France 2 a rencontré le funambule "Malino" sur son terrain d'entrainement, souvent à dix mètres du sol

SIMON RICOTTIER et TATIANA DALIGAULT - FRANCE 2


On évoque souvent les exploits de ses personnes qui défient les lois de la nature lorsqu'ils traversent des vallées, de gratte-ciel en gratte-ciel dans les grosses mégalopoles du monde ou même de montgolfière à montgolfière. Mais comment se préparent ces funambules à cet exercice sans harnais et sans filet ? Que ce passe-t-il exactement dans leur tête, face au vertige ?

Rigueur et concentration sont des qualités utiles

"Vous êtes là-haut, c'est pour un esprit de liberté, c'est de pouvoir voler comme un oiseau", confie celui qui se fait appeler "Malino". France 2 a rencontré le funambule sur son terrain d'entrainement, souvent à dix mètres du sol. "De toute façon, nous, quand on tombe, on tombe, qu'une fois", dit-il pour conjure la peur. Le technicien du spectacle, spéléologue dans sa jeunesse, choisit toujours les théâtres de ses performances. Rigueur et concentration restent les qualités utiles pour cette profession.

 

 

 

le 29 janvier 2013 à  Sarasota en Floride, USA, le funambule Nik Wallenda
le 29 janvier 2013 à  Sarasota en Floride, USA, le funambule Nik Wallenda ( MAXPPP)