Théâtre : "Cette pièce parle du temps qui passe ou qui ne passe pas", explique Stéphane De Groodt, le comédien et réalisateur d’"Un léger doute"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 10 min
Présents sur le plateau du 12/13 info, jeudi 12 octobre, les comédiens Stéphane De Groodt et Éric Elmosnino viennent présenter la pièce "Un léger doute", actuellement jouée au Théâtre de la Renaissance à Paris. -
Théâtre : "Cette pièce parle du temps qui passe ou qui ne passe pas", explique Stéphane De Groodt, le comédien et réalisateur d’"Un léger doute" Présents sur le plateau du 12/13 info, jeudi 12 octobre, les comédiens Stéphane De Groodt et Éric Elmosnino viennent présenter la pièce "Un léger doute", actuellement jouée au Théâtre de la Renaissance à Paris. - (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - E. Tran Nguyen
France Télévisions
franceinfo
Présents sur le plateau du 12/13 info, jeudi 12 octobre, les comédiens Stéphane De Groodt et Éric Elmosnino viennent présenter la pièce "Un léger doute", actuellement jouée au Théâtre de la Renaissance à Paris.

Les comédiens Stéphane De Groodt et Éric Elmosnino sont à l’affiche de la comédie Un léger doute, jouée actuellement au Théâtre de la Renaissance à Paris. Éric Elmosnino est propulsé dans le monde absurde de Stéphane De Groodt. "D’être dans sa tête, c’est fatigant, mais c’est assez jouissif. On s’éclate. (…) Ce qu’on ne comprend pas, les gens le comprennent. J’adore ça", assure le premier. Dans ses pièces, Stéphane De Groodt joue avec les mots à l’instar de Serge Gainsbourg, son mentor. "C’est très musical le jeu avec les mots. Forcément, je me sens plus apparenté à quelqu’un qui fait de la musique", explique cet amoureux des mots.

"Une orchestration"

L’idée de cette pièce absurde a germé dans l’esprit du réalisateur pendant le confinement. "On ne joue pas, donc qu’est-ce qu’on devient… Il y a personne pour nous regarder, donc on meurt à petit feu. (…) Je me suis dit que fondamentalement, on existait aux yeux des autres. L’outil, c’était le théâtre pour illustrer ça", raconte Stéphane De Groodt, qui certifie "qu’on passe notre vie à mettre un masque, à proposer quelque chose". Il ajoute : "Cette pièce parle du temps qui passe ou qui ne passe pas. Du présent qui existe ou qui n’existe pas. J’ai brassé pas mal de sujets qui ont un lien de cousinage les uns avec les autres." Lors des répétitions, l’œuvre est devenue "très collégiale" au point de se muer en "une orchestration", ajoute le réalisateur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.