"Ramona" : le marionnettiste culte Rezo Gabriadze enchante Avignon avec les amours... de deux locomotives

Pas facile de s’aimer entre locomotives quand on est soumis à des aiguillages qui peuvent vous séparer pour la vie. L’artiste géorgien Rezo Gabriadze présente à Avignon son petit bijou de spectacle de marionnettes, qui est aussi une savoureuse satyre de l’Union Soviétique. On a eu la chance de le voir : on vous raconte tout ça en images...

Vincent Damourette/Culturebox
19
Ramona est une petite machine de manoeuvre, qui n'a pas le droit de s'éloigner de sa petite gare de Géorgie, et rêve à son amoureux, Hermon.Vincent Damourette
29
Pas question de rejoindre le bel Hermon. Ramona doit obéir au chef de gare, un moustachu menaçant, qui pourrait sinon la condamner à être fondue en seau ou en pelle…Vincent Damourette
39
Ermon, un gros engin d'acier, avale des kilomètres à travers l'infinité soviétique.Vincent Damourette
49
Un cirque croise la route de Ramona. Il la supplie de les aider à transporter leur chapiteau au-delà des montagnes. Ramona finit par accepter malgré les risques. On ne vous en dira pas plus !Vincent Damourette
59
La délicatesse des figurines, la modestie du dispositif, donnent à ce théâtre de marionnettes de 4 mètres de long, connu dans le monde entier, une légèreté, une poésie et un humour infinis.Vincent Damourette
69
On a immédiatement une immense tendresse pour Monsieur Loyal et Ramona, la gracile équilibriste, perchés sur les épaules d'un Hercule de foire qui soulève des poids énormes avec ses testicules… Toute ressemblance avec l’Union soviétique ne serait que fortuite…Vincent Damourette
79
Les marionnettes sont animées par des manipulateurs visibles qui ne parlent pas. Les voix sont enregistrées par des acteurs.Vincent Damourette
89
La pièce s'inspire de l'enfance de Rezo Gabriadze, que l'artiste géorgien vient de raconter dans un film réalisé par son fils Léo.Vincent Damourette
99
Avec sa petite clique tellement fragile et tellement humaine, Rezo Gabriadze nous enchante. Malheureusement il n’y aura pas de place pour tout le monde…
"Ramona" à la Maison Jean Vilar. Durée 1h15. Les 13, 15, 16 et 17 juillet 2017.Vincent Damourette