Mort de Marcel Bluwal : "C'était un homme d'une énergie absolument démoniaque, débordante", salue la comédienne Ariane Ascaride

"J'ai toujours pensé que Marcel était éternel", a confié sur franceinfo la comédienne, après le décès du réalisateur et metteur en scène à l'âge de 96 ans.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marcel Bluwal, le 5 février 2009 à Paris. (FREDERIC DUGIT / MAXPPP)

"C'était un homme d'une énergie absolument démoniaque, débordante", a décrit dimanche  sur franceinfo la comédienne et ancienne élève de Marcel Bluwal au conservatoire de Paris Ariane Ascaride, après la mort du réalisateur et metteur en scène samedi 23 octobre à l'âge de 96 ans. Son "Dom Juan" de Molière, tourné en 1965 avec Michel Piccoli et Claude Brasseur, a marqué l'histoire de la télévision.

"J'ai toujours pensé que Marcel était éternel. Aujourd'hui, je me dis que ce n'est pas possible", a réagi la comédienne. "C'est quelqu'un qui est tellement important dans ma vie, mais aussi dans la vie de Catherine Frot, dans celle de Jean-Pierre Darroussin. C'était un professeur extraordinaire, généreux et très attentif."

"C'était un homme d'une générosité intellectuelle et humaine incroyable", a-t-elle ajouté, avant d'assurer que "Marcel était à part, pour tout. Son rapport à la vie, son amour de la vie absolument incroyable, et en même temps, sa culture tellement aigue."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Théâtre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.