Marcel Bluwal, réalisateur de l'âge d'or de la télévision, est mort

Son "Dom Juan" de Molière, tourné en 1965 avec Michel Piccoli et Claude Brasseur,  a marqué l'histoire de la télévision.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Marcel Bluwal, le 14 mai 2007 lors de la cérémonie des Molières, à Paris. (PIERRE VERDY / AFP)

"Mon chagrin est immense", a réagi sur Facebook l'actrice Ariane Ascaride, qui a été son élève. Le réalisateur et metteur en scène de théâtre Marcel Bluwal, figure emblématique de l'âge d'or de la télévision, est mort samedi à l'âge de 96 ans, a fait savoir son agent, dimanche 24 octobre.

Né à Paris le 26 mai 1925 de parents juifs polonais immigrés, il entre dans les années 1950 à la télévision où il commence par réaliser des émissions enfantines ("Jeudi après-midi") avant de se lancer dans l'adaptation télévisée de chefs-d'œuvre du théâtre et de la littérature.

Son Dom Juan de Molière, tourné en 1965 avec Michel Piccoli et Claude Brasseur, en décors naturels vides de présence humaine, a marqué l'histoire de la télévision et est encore cité comme modèle d'adaptation d'une pièce pour le petit écran.

Son "Vidocq" avait conquis les foyers

"Je ne me suis jamais senti ni gourou ni intello", déclarait-il à Libération en 1994. "L'année d'après [Dom Juan] d'ailleurs, j'ai enchaîné avec Vidocq, qui était le symbole de la vulgarité. Vous pensez : un feuilleton !" Vidocq, avec Bernard Noël puis Claude Brasseur et Danièle Lebrun (qui deviendra sa femme), remportera un succès considérable.

Ses incursions au cinéma – comme Carambolages avec Louis de Funès (1963) ou Le plus beau pays du monde (1998) avec Claude Brasseur – ont été plus modestes et ont reçu un accueil mitigé.

Engagé à gauche, il a été membre du PCF, qu'il a quitté en 1981. En 2008, après 13 ans d'absence à la télévision, il a dirigé la mini-série A droite toute, consacrée à la montée de l'extrême droite en France durant les années 1935-1937 à travers la formation de la Cagoule, organisation clandestine qui fomentait le renversement de la République.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Télévision

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.