Molières 2019 : une génération de femmes humoristes en lice

Dans un rapport sur l'égalité hommes-femmes publié en mars, le ministère de la Culture signalait que la part de femmes sélectionnées ou primées aux Molières était encore très faible. Pourtant la 31e cérémonie ce 13 mai offre une brochette de nommés très féminine.

Blanche Gardin aux Molières 2018 à la sallle Pleyel à Paris, le 28 mai 2018
Blanche Gardin aux Molières 2018 à la sallle Pleyel à Paris, le 28 mai 2018 (ROMUALD MEIGNEUX/SIPA)

La 31e cérémonie des Molières, qui décernera lundi 13 mai les prix du théâtre en France, offre une brochette de nommés très féminine, notamment dans le stand-up où les humoristes hommes sont absents. La soirée qui se tiendra aux Folies Bergère à Paris sera retransmise en différé sur France 2, à partir de 22H45. 

Pour l'édition 2019, place à quatre nommées : Michèle Bernier, Caroline Vigneaux, Florence Foresti et Blanche Gardin qui en 2018 a été la première femme à recevoir le Molière de l'humour. La comédienne, dont le succès est tel que l'un de ses stand-up a atterri sur Netflix, avait alors provoqué un fou rire général dans la salle en ironisant qu'elle savait qu'elle allait gagner car elle était "la seule femme nommée l'année de l'affaire Weinstein". "C'est l'histoire de ma vie, le jour où j'ai un prix, il n'a aucune valeur", avait-elle plaisanté.


Mais cette année, non seulement cette catégorie est strictement féminine mais il y a une stricte parité entre metteur(e)s en scène et auteur(e), tandis que dans la catégorie seul(e) en scène, un homme contre trois femmes est en compétition. "J'entendais encore récemment des humoristes dire que les femmes sont moins drôles que les hommes", affirme à l'AFP Jean-Marc Dumontet, président de la Nuit des Molières et influent propriétaire de plusieurs théâtres parisiens.

"La situation commence à évoluer" 

Dans un rapport sur l'égalité hommes-femmes publié en mars, le ministère de la Culture signalait que la part de femmes sélectionnées ou primées aux Molières était encore très faible, sans amélioration réelle (11% de femmes metteuses en scènes et 14% d'auteures primées depuis 1987). Peu de femmes sont nommées par ailleurs à des postes de direction de scènes nationales. Mais d'après M. Dumontet, la situation commence à évoluer. "On n'y est pour rien (dans les nominations). C'est fortuit mais ce n'est pas un accident, c'est révélateur", dit-il.

Les nominations dans 19 catégories sont le résultat d'un vote à deux tours des membres de l'Académie des Molières, composée de professionnels actifs du milieu théâtral. M. Dumontet précise avoir voulu à un moment introduire un mécanisme pour améliorer la représentativité féminine. "Il n'y même pas eu besoin cette année", indique-t-il.

Virginie Despentes (King Kong Théorie), Pauline Bureau (Mon coeur), Mélodie Mourey (Les crapauds fous) sont en lice pour le Molière de l'auteur(e) francophone vivant(e) en même temps que Christophe Honoré (Les Idoles), Fabrice Melquiot (J'ai pris mon père sur mes épaules) et Benoit Solès (La machine de Turing).

Sont également paritaires les Molières du metteur(e) en scène d'un spectacle du théâtres public (Pauline Bureau, Mathilda May, Robert Lepage, Thomas Ostermeier) et privé (Nicolas Briançon, Tristan Petigirard, Mélodie Mourey, Charlotte Rondelez).

Une soirée retransmise en différé sur France 2 à 22H45

L'humoriste belge Alex Vizorek sera le maître de cérémonie aux Folies Bergère à Paris, une soirée retransmise en différé sur France 2, à partir de 22H45. La chaîne diffusera avant une nouvelle fiction sur Molière et par la suite une captation de la version Peter Stein de "Tartuffe" avec Pierre Arditi et Jacques Weber.

Calquée sur les César du cinéma, la soirée peine à captiver un large public, même si la part d'audience s'est stabilisée à 11% depuis 2016. M. Dumontet explique qu'une chaîne une télévision appréhende de diffuser plus tôt une telle soirée par peur que le théâtre "ne soit pas grand public". "C'est dommage", dit-il, tout en rappelant que c'est grâce à France 2 qu'il a pu sauver les Molières il y a quatre ans après une interruption de trois ans.

Parmi les grands succès du théâtre privé, "Le canard à l'orange", pièce de boulevard sur un mari à la fois volage et cocu remontée par Nicolas Briançon (sept nominations). Dans le théâtre public, Denis Podalydès est nommé meilleur comédien comme Mathieu Amalric, tandis que Rachida Brakni fait face à Marina Foïs dans la catégorie meilleure comédienne.