Cet article date de plus de cinq ans.

André Dussollier et Neils Arestrup dans Diplomatie au Théâtre de la Madeleine

André Dussollier et Niels Arestrup sont à l'affiche "Diplomatie" de Cyril Gély. Ils incarnent le diplomate suédois Raoul Nordling et le général allemand Von Choltitz qui, à force de discussions ont évité la destruction des monuments de Paris voulue par Hitler, en août 1944. Après le théâtre de la Madeleine à Paris, "Diplomatie" est sur Culturebox.
Article rédigé par
franceinfo Culture - franceinfo
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
André Dussollier et Neils Arestrup dans Diplomatie au Théâtre de la Madeleine
 (Culturebox)


Dans "Paris brûle-t-il", en 1966, René Clément avait déjà mis en scène la rencontre décisive entre le général Dietrich von Choltitz (Gert Froebe) et le dipomate suédois Raoul Nordling (Orson Welles) la nuit du 25 août 1944. C'est cette rencontre et les discussions aux conséquences historiques qu'a imaginées Cyril Gély dans "Diplomatie", une pièce mise en scène par Stephan Meldegg au Théâtre de la Madeleine.


Ici, Niels Arestrup et André Dussollier endossent ces deux personnages ennemis dans la guerre à qui l'on doit la préservation de Paris, même si dans la réalité le général a pris la décision seul. Malgré l'ordre d'Hitler de raser la capitale avant la capitulation en faisant sauter les ponts et les monuments, il va finalement se rendre aux Alliés sans condition.

Au delà des faits historiques, la pièce fait se rencontrer deux logiques, deux personnalités que tout oppose, entre un militaire habitué à obéir aux ordres et un diplomate. C'est aussi une question lancée aux spectateurs : "que feriez-vous à ma place ?"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Théâtre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.