Chantal Ladesou : le Casino de Paris et une tournée pour ses 40 ans de carrière

Sacrée nouvelle reine du théâtre de boulevard avec trois succès d'affilée, Chantal Ladesou s'offre le Casino de Paris pour ses 40 ans de carrière avec un retour au "one woman show", huit ans après son dernier spectacle.

Chantal Ladesou le 28 septembre 2018 aux Folies Bergère, à Paris, où elle a assisté au spectacle de Jean Paul Gaultier
Chantal Ladesou le 28 septembre 2018 aux Folies Bergère, à Paris, où elle a assisté au spectacle de Jean Paul Gaultier (Lucas Barioulet / AFP)
À l'affiche du Casino de Paris jusqu'au 19 janvier 2019 avant une tournée de quelque 100 dates intitulée "On the road again", la doyenne des humoristes (70 ans), connue pour son débit survitaminé et sa voix rauque, partage avec le public les tribulations de sa nouvelle vie de grand-mère et ses quarante ans de mariage avec Michel Ansault, devenu son manager.

"Quand j'ai un trou de mémoire, je suis encore plus drôle : j'improvise !"

"Le Casino de Paris, Mistinguett, Maurice Chevalier, Chantal Ladesou... Cherchez l'erreur !", lance l'humoriste dès le lever de rideau. "On dit que j'en fais des tonnes. Est-ce ma faute à moi ? Quand j'ai un trou de mémoire, je suis encore plus drôle : j'improvise !", ajoute-t-elle un peu plus tard en assumant l'un de ses ressorts comiques, avant d'enchaîner avec des confidences hilarantes sur sa vie de couple.

Au passage, Chantal Ladesou dénonce la mode du divorce des séniors : "Divorcer à notre âge, c'est nul ! On n'a plus beaucoup d'engueulades devant nous..."

Casque-micro des commentateurs sportifs sur la tête, l'humoriste fait plier la salle en deux en décrivant sa dernière dispute à la façon d'un match de football. Un peu plus tard, Chantal Ladesou n'hésite pas à tacler les nouvelles humoristes qui parlent de sexe sans tabou, allusion notamment au sketch sur la sodomie de Blanche Gardin. "Nous, on n'avait pas du culotte mais on avait de la pudeur. C'est qu'elles veulent me démoder, ces petites salopes, ces petites enc..."

"La nouvelle génération des femmes humoristes ose tout"

"Les tacler m'amuse. Je les adore même si ça ne se voit pas dans le spectacle. La nouvelle génération de femmes humoristes ose tout. Les humoristes sont le dernier rempart et c'est important qu'ils restent libres", confie à l'AFP Chantal Ladesou.

"Depuis toute petite, j'ai un côté bateleur. Le +one man show+ me permet d'être libre", ajoute l'humoriste et comédienne qui a débuté au cinéma en 1974 avec un petit rôle dans "Le Fantôme de la liberté" de Luis Bunuel. Le public la découvrira réellement sur le registre de l'humour dans "Le Petit Théâtre de Bouvard" et "La Classe" dans les années 80.

Dernièrement, Chantal Ladesou, pensionnaire des "Grosses Têtes" de RTL, a triomphé au théâtre dans "Adieu, je reste !" de et avec Isabelle Mergault, autre tornade comique, "Nelson" de Jean-Robert Charrier et "Peau de Vache", la pièce culte de Barillet et Grédy, dans une mise en scène de Michel Fau séduit par son jeu déjanté et totalement surréaliste.

Chantal Ladesou était l'invitée de l'émission "On n'est pas couché" sur France 2 le 12 janvier 2019