Tourmente à l'Opéra : la directrice du Ballet Aurélie Dupont prête à "écouter" davantage les danseurs

"Je suis exigeante, mais pas cassante" se défend Aurélie Dupont dans le Journal du Dimanche de ce 1er juillet. Le management de l'ex-danseuse étoile devenue directrice du Ballet de l'Opéra de Paris après le départ de Benjamin Millepied, a été mis en cause par un récent sondage interne. "Je souhaite faire de mon mieux pour écouter les danseurs, les comprendre", a-t-elle fait savoir.

Aurélie Dupont à l\'Opéra Garnier, en septembre 2017.
Aurélie Dupont à l'Opéra Garnier, en septembre 2017. (ZIHNIOGLU KAMIL/LE MONDE/SIPA)
Aurélie Dupont a été nommée directrice de la danse en février 2016, en remplacement de Benjamin Millepied, parti après un peu plus d'un an à la tête du prestigieux ballet.

"Derrière ce sondage, l'envie de faire progresser l'institution"

En avril, un questionnaire interne établi par un organisme élu par les danseurs révélait que 76,8 % d'entre eux disent avoir été victimes ou témoins de harcèlement moral et 25,9 % de harcèlement sexuel. 89,8 % estimaient en outre ne pas faire l'objet d'un management de bonne qualité.

Interrogée pour savoir si elle avait songé à démissionner après ce sondage, l'ex-étoile a répondu : "J'ai été blessée. Mais je suis une battante qui a l'habitude de se relever". "L'Opéra de Paris est ma maison depuis trente-cinq ans, je l'aime et je veux lui rendre tout ce qu'il m'a donné. Derrière ce sondage, il y avait une envie de faire progresser l'institution. Nous souhaitons tous aller de l'avant", a-t-elle insisté.

Ecouter davantage les danseurs

Elle a indiqué avoir décidé de programmer, dès mars 2019,  des "réunions collectives et un rendez-vous individuel chaque année avec tous les danseurs de la compagnie". "Cela n'a jamais été fait", a-t-elle fait remarquer. "La danse est un métier exigeant. On est des artistes, par essence sensibles. Je souhaite faire de mon mieux pour écouter les danseurs, les comprendre, tout en leur donnant des conseils pour progresser. J'ai envie de les accompagner, de les envelopper", a-t-elle soutenu.

Aurélie Dupont a également commandé un audit par un cabinet extérieur à la danse, qui débutera à la rentrée pour durer entre six et neuf mois. "L'idée est de définir ce qui fonctionne bien et les domaines où l'on peut progresser", a-t-elle dit. Concernant le harcèlement, elle a promis de sanctionner "sur-le-champ" tout abus. "Mon équipe et moi-même parlons très correctement aux gens. En deux ans, il n'y a eu aucune explication tendue", a -t-elle affirmé.