Battle of the Year : le meilleur du breakdance mondial met le feu au Zénith de Montpellier

Après deux années d'interruption, l'événement était de retour dans la capitale languedocienne. Les danseurs professsionnels ont fait vibrer les amateurs de hip-hop. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Battle of the Year, championnat internatial de break dance à Montpellier (France 3 Occitanie)

Le breakdance a fait son grand retour à Montpellier avec la fameuse Battle of the Year (Boty). Sa 30e édition s'est tenue ce dimanche 21 novembre au Zénith. Durant une soirée, les meilleurs breakdancers du monde entier se défient sur la piste. Mais avant de faire le show dans l'arène, les B-boys, s'échauffent en coulisses. "C'est là où l'on se rassure, parce qu'il y a des mouvements risqués et on doit les tester pour être à l'aise sur scène. C'est là aussi où l'on intimide les autres danseurs", confie Patrick MBala, membre de l'équipe française Tie Break. 

La Corée du sud au top

Considérée comme l'une des grandes compétitions du genre, la Boty a acquis ses lettres de noblesse dans le monde entier au fil des années. Sur la piste, huit crews de toutes nationalités s'affrontent devant cinq juges internationaux qui évaluent les chorégraphies de chaque équipe. Viennent ensuite les fameuses "Battles", des duels dansés qui impressionnent les 3000 spectateurs du Zenith. 

"Beaucoup d'énergie, beaucoup d'émotion, j'ai aimé tout ce que j'ai vu", se réjouit un amateur. Le classement final portera sur le haut du podium l'équipe sud-coréenne des Jjinjo Crew face aux Hollandais de The Ruggeds. La France, représentée par les Lyonnais de Tie Break arrive en sixième position. Comme à chaque édition, la Battle of the Year fait naître des vocations et cela tombe bien : ce spectacle total, à la fois sport et danse, est désormais au programme des Jeux Olympiques

Une danse pour tous

Popularisé dans les rues de New York dans les années 1970, le breakdance aurait émergé dans les années 50 sur le continent africain. Danse de la rue, danse populaire, danse de la liberté, au fur et à mesure les mouvements acrobatiques des jambes s'enrichissent et expriment l'énergie des jeunes danseurs. Une énergie communicative qui donne envie aux spectateurs de s'exécuter sur la piste. La Battle of the Year réanime ce concept de partage et invite le public à danser avec les B-boys.  Les plus jeunes profitent de la moindre pause pour danser eux aussi. "Je les trouve super, ils ont du talent et je trouve que c'est bien de faire participer des petits", s'enthousiasme une jeune spectatrice. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Danse

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.