Polémique sur les nouvelles disciplines aux JO 2024 : Tony Estanguet explique avoir fait le choix de "la diversité sportive"

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le break dance et le skateboard ont été choisis comme nouvelles disciplines pour les JO 2024 au détriment du karaté ou de la pétanque.

Tony Estanguet, président du comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 regrette la polémique autour du choix des nouvelles disciplines aux prochains JO. Le break dance et le skateboard ont été choisis au détriment du karaté ou de la pétanque. "C'était intéressant pour nous d'aller enrichir cette diversité sportive", explique-t-il. "En allant chercher des sports urbains comme le break dance et le skateboard, on va chercher des disciplines qui cartonnent sur les réseaux sociaux et que les jeunes regardent énormément", avait-il dit le 9 août dernier sur franceinfo.

Il affirme dimanche 5 septembre regretter cette polémique. "L'objectif c'est de faire des choix. On n'a pas un programme extensible, on avait cette possibilité, au-delà des 28 sports au programme, de pouvoir rajouter quatre sports, on avait 19 sports candidats, dont le karaté mais aussi la pétanque, qui a beaucoup plus de licenciés, mais aussi le ski nautique, le squash, etc", explique-t-il.

La priorité pour nous c'était de donner la possibilité aux fans que leur sport, ou leur environnement sportif, soit reconnu au programme des Jeux

Tony estanguet, président du comité d'organisation des JO 2024

franceinfo

Le choix des sports sélectionnés, s'est donc fait selon lui dans un souci de "diversité". "Il y a déjà cinq sports de combat, six sports collectifs, trois sports de raquettes et donc on s'est dit que parmi les 19 candidats il y avait quelques sports qui n'étaient pas du tout représentés dans le programme actuel et donc c'était intéressant pour nous d'aller enrichir cette diversité sportive".

Selon lui, cela permettra de faire découvrir de nouvelles disciplines, "c'est aussi ça le rôle des Jeux olympiques, c'est d'accompagner la croissance de certains sports", juge Tony Estanguet. "Je dois prendre une décision et il n'y avait pas la place pour le karaté (…) il faut faire des choix et on verra si ce sera payant ou non. On ne peut pas revenir en arrière."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers JO de Paris 2024

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.