Surendettée, la troupe canadienne du Cirque du Soleil se restructure pour sa mise en vente aux enchères

La vente aux enchères du groupe est prévue dans 45 jours.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Cirque du Soleil lors des 73e British Academy Film Awards, en février 2020. (GUY LEVY/BAFTA/REX/SIPA / SHUTTERSTOCK)

Endettée jusqu'au cou et privée de représentations depuis des mois par la pandémie de coronavirus, la troupe canadienne du Cirque du Soleil a demandé une protection des tribunaux contre ses créanciers afin de sortir la tête de l'eau. La vente aux enchères du groupe est prévue dans 45 jours.

L'établissement en grande difficulté

Traînant une dette de plus de 1 milliard de dollars américains, le groupe a demandé la protection des tribunaux contre ses créanciers, en vue d'une restructuration. La demande doit être entendue ce mardi 30 juin 2020 par la Cour supérieure du Québec. L’entreprise demandera, en cas d'acceptation, sa reconnaissance provisoire immédiate aux États-Unis. 

"Cela permet aux gens qui veulent reprendre l'entreprise de se manifester", a expliqué à l'AFP Daniel Lamarre, PDG du Groupe Cirque du Soleil. M. Lamarre a ajouté que cinq à six groupes, canadiens comme étrangers, s'étaient montrés intéressés.

Dans le même temps, les actionnaires actuels du Cirque du Soleil, avec l’aide d’Investissement Québec, ont déposé une proposition d’achat. "C'est pour ça que je peux garantir aujourd'hui l'avenir du Cirque, parce que eux (les actionnaires) se sont engagés à réinvestir 300 millions de dollars américains pour assurer la survie de l'entreprise", a expliqué M. Lamarre. Cette convention d'achat prévoit l'acquisition de la quasi-totalité des actifs du Groupe Cirque du Soleil.

Qui rachètera le Cirque du Soleil ?

"Tous les engagements" pris par les actionnaires actuels "sont fermes, le financement requis a été obtenu", a indiqué la troupe dans un communiqué séparé. L'offre "fournira au Cirque du Soleil les capitaux et les ressources nécessaires pour stabiliser et relancer l'entreprise", tout en préservant "le caractère québécois de la marque" fondée dans la province francophone en 1984.

Le fondateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, en novembre 2019. (RYAN REMIORZ/AP/SIPA / SIPA)

Fin mai, le fondateur et ancien patron du Cirque du Soleil Guy Laliberté avait lui annoncé son intention de racheter l'entreprise, ajoutant vouloir garder le siège social à Montréal et conserver une équipe de direction québécoise.

Actuellement, c'est le fonds privé américain TPG qui détient 55% du capital du Cirque du Soleil. Le fonds chinois Fosun - propriétaire du Club Med et de Thomas Cook - en possède lui 25%, et la Caisse de dépôt et placement du Québec est propriétaire des 20% restants.

Un avenir incertain pour les artistes

Le Cirque a annoncé le licenciement de près de 3 500 des quelque 4 600 acrobates et techniciens qu'il avait mis au chômage technique en mars avec l'annulation d'une quarantaine de productions dans le monde, de Las Vegas à Tel Aviv en passant par Lyon, Moscou ou Melbourne. Le Cirque du Soleil a malgré tout assuré son intention de "réembaucher la majeure partie des employés licenciés dès que les conditions le permettront".

La troupe lors d'un entraînement le 23 janvier 2020 à Pittsburgh (Pennsylvanie). (ANDREW RUSH/AP/SIPA / SIPA)

En attendant, la création de deux fonds est prévue. Ils totaliseraient 20 millions de dollars américains et seraient destinés à offrir une aide supplémentaire aux employés touchés par la crise et aux entrepreneurs indépendants du cirque.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.