Cet article date de plus d'un an.

Privés de spectacles, les acrobates d'Akoreacro continuent à s'entraîner pour mieux rebondir

En résidence à l'Agora Boulazac en Dordogne pendant deux semaines, la compagnie circassienne Akoreacro a repris les répétitions. Acrobates et musiciens préparent leurs retrouvailles avec le public.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les acrobates d'Akoreacro en plein entraînement. (France 3 Aquitaine / C. Michelland)

Ils s'élancent dans les airs, comme si de rien n'était. Sous leur chapiteau planté pour deux semaines dans la plaine de Lamoura en Dordogne, les artistes de la compagnie Akoreacro savourent leurs retrouvailles. Depuis mi-octobre et leur dernière représentation en public à Blois (Loir-et-Cher) acrobates, porteurs et musiciens issus de trois pays (France, Espagne et Portugal) étaient un peu en hibernation forcée. Mais grâce à l'invitation du Pôle national du cirque Agora de Boulazac, les artistes en résidence ont retrouvé tout leur élan.

Compagnie Akoreacro en résidence à Boulazac

"C'est très précieux, s'enthousiasme Claire Aldaya, acrobate et seule fille de la troupe, on dévore ces heures avec appétit parce que ça nous permet de nous retrouver". Des retrouvailles studieuses pour les artistes d'Akoreacro, car après des semaines de repos forcé, il faut retrouver la forme. Un entraînement physique intense pour les acrobates et les porteurs qui enchaînent les acrobaties dans les airs. Leur dernier spectacle Dans ton coeur n'a plus tourné depuis l'arrêt brutal de la culture fin octobre. Il faut retrouver ses marques, mais aussi réfléchir à l'avenir.

Un spectacle sur une semi-remorque

Alors que leur participation à la Biennale Internationale des Arts du Cirque à Marseille (19 janvier - 12 février) a été annulée pour cause de Covid, les artistes d'Akoreacro ont finalement répondu à l'invitation de l'Agora Boulazac. Une occasion de travailler sur leur concept de spectacle sur semi-remorque. Une scène itinérante en plein air parfaitement adaptée au nouveau contexte sanitaire. Car les retrouvailles avec le public promettent d'être longues et progressives ainsi que l'a précisé ce lundi 8 février la ministre de la Culture.

Interviewée par nos confrères de BFMTV, Roselyne Bachelot a indiqué que les musées et les monuments seraient les premiers à rouvrir "quand nous aurons une décrue" : "Nous n'en sommes pas là sur les salles de cinéma et de spectacles", a ajouté la ministre. Une raison de plus pour les artistes d'Akoreacro de réfléchir à une nouvelle manière d'exercer leur art. Le cirque de demain est déjà en route.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cirque

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.