Sketch jugé raciste, campagne de cyber-harcèlement... Des internautes demandent à Netflix de lâcher Gad Elmaleh

L'humoriste a relancé la polémique autour de son sketch intitulé "Les Chinois", joué avec Kev Adams, en prenant à partie la DJ Louise Chen, qui l'avait dénoncé dans une tribune en 2017.

Les humoristes français Kev Adams et Gad Elmaleh posent, lors du festival de Cannes, le 21 mai 2016.
Les humoristes français Kev Adams et Gad Elmaleh posent, lors du festival de Cannes, le 21 mai 2016. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Lumière jaune, accent ridicule et "bol de riz"... Le sketch de Gad Elmaleh et Kev Adams, intitulé "Les Chinois", qui date de 2016, se retrouve, à cause de sa rediffusion, mardi 17 avril sur W9, au cœur d'une polémique. Sur Twitter, avec le hashtag #GadElmalehOutofNetflix, des internautes, irrités par les clichés racistes visant les Asiatiques dans ce sketch, demande à la plateforme américaine de streaming Netflix de mettre un terme à sa collaboration avec Gad Elmaleh.

L'humoriste n'est pas seulement critiqué pour ce sketch qui enchaîne les stéréotypes. Gad Elmaleh est aussi accusé d'avoir lancé une campagne de cyber-harcèlement contre Louise Chen, DJ franco-taïwanaise, et auteure d'une tribune publiée en 2017 dans Les Inrocks. Elle y écrivait être "très, très en colère" contre la diffusion en prime-time (sur M6 à l'époque) de "ce sketch franchement raciste".

C'est valider des propos racistes, les normaliser et les banaliser.Louise Chendans "Les Inrocks"

Dans la foulée, Anthony Cheylan, rédacteur en chef de Clique TV, avait lui aussi exprimé son malaise dans un post de blog en dénonçant "dix minutes de blagues racistes, d’imitations grossières et de personnages grimés de façon caricaturale".

Le CSA a reçu une centaine de plaintes

Un an et demi plus tard, avant la diffusion du programme sur W9, l'humoriste a taclé Louise Chen, sur Twitter et Instagram, avec un message ironique, qui a "entraîné une vague de tweets à l'encontre de cette dernière", selon Cheek Magazine. Louise Chen a répondu sur Twitter en citant l'animateur américain David Letterman : "Si vous débattez pour savoir si une personne est raciste, c'est qu'elle l'est probablement."

Netflix n'a pas répondu aux nompreux appels du pied des internautes. Mais le Conseil supérieur de l'audiovisuel affirme au HuffPost avoir "reçu une centaine de saisines de téléspectateurs après la diffusion de cette séquence" par W9.