"Euphoria", saison 2 : la série choc au succès planétaire signe un retour de toute beauté

"Euphoria", la série qui a séduit des millions de spectateurs à travers le monde, revient pour une deuxième saison. Trois ans après une première partie explosive, la suite de la saga de ces adolescents torturés était très attendue. Voici notre critique, après le visionnage des quatre premiers épisodes de la saison, garantie sans spoiler.

Article rédigé par
Margaux Bonfils - franceinfo Culture
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Entre ombre et lumière, l'esthétique de cette saison 2 est particulièrement léchée, à l'image du personnage de Jules. (© 2022 Home Box Office, Inc)

Retour fracassant pour la série Euphoria. La saison 2, retardée par la crise sanitaire, est enfin disponible sur OCS au rythme d’un épisode par semaine. La première partie sortie en 2019 est arrivée comme un ovni dans le monde des séries. Sans fard, Euphoria dépeint les relations toxiques et tumultueuses d’un groupe d’adolescents américains. Addiction, acceptation de soi, sexe et alcool en excès, la série pointe du doigt le mal-être d’une jeunesse en quête d’identité sans jamais tomber dans la caricature.

L’héroïne Rue Bennett, incarnée par Zendaya, est une lycéenne dépendante à la drogue que le spectateur suit dans ses déboires entre ses courtes périodes de sobriété et ses rechutes. Un rôle puissant et tragique récompensé en 2020 par l’Emmy Award de la meilleure actrice dans une série dramatique. Zendaya partage l’affiche avec la lumineuse Hunter Schafer dans le rôle de Jules, une adolescente transgenre, mais aussi Jacob Elordi (Nate), Sydney Sweeney (Cassie), Alexa Demie (Maddy)...

De nouveaux personnages

Une claque, c’est définitivement ce qui résume le mieux le premier épisode de cette nouvelle saison. Les premières scènes replongent directement le spectateur dans l’univers sans filtre de la série : nudité, sexe, violence, émotions. L’épisode reprend le style de la première saison en dévoilant le passé d’un personnage : cette fois-ci c'est Fezco, dealer et ami de Rue, qui ouvre le bal. Ce nouveau chapitre est l’occasion de découvrir et redécouvrir les personnages emblématiques de la série. Tel que Lexi, la discrète amie d’enfance de Rue, mais aussi les origines de la double vie de Carl, père de Nate.

Cette deuxième saison est aussi marquée par l’arrivée de nouveaux personnages, comme Elliot, un nouvel étudiant incarné par le chanteur Dominic Fike qui se lie d’amitié avec Rue et Jules, mais qui ne sera pas de la meilleure influence… Mais aussi Minka Kelly (Titans) et Demetrius 'Lil Meech' Flenory Jr (Black Mafia Family), dans le rôle de Travis, un DJ séducteur.

Elliot, un nouveau lycéen toxicomane rencontré par Rue lors d'une soirée. (© 2022 Home Box Office, Inc.)

Une esthétique encore plus poussée

L’un des points les plus bluffants d'Euphoria est sans contexte sa qualité d'image si particulière. La série entièrement filmée sur pellicule offre un grain spécifique à l’image et un rendu naturel. Un choix assumé par son réalisateur Sam Levinson, habitué aux esthétiques finement recherchées, comme dans son long-métrage en monochrome Malcom et Marie, disponible sur Netflix.

La saison 2 ne déçoit pas visuellement : les deux premiers épisodes offrent des séquences presque théâtralisées par des jeux de lumière lorsque Rue et Jules se revoient pour la première fois. Les acteurs sont sublimés par ce clair-obscur qui apporte encore plus de profondeur au récit. Un peu plus tard dans la série, lors des scènes de trip de Rue, l’imaginaire se mêle au réel comme dans l’impressionnante scène finale de la saison 1, pour une immersion totale.

Filmée sur pellicule, "Euphoria" dévoile tout le talent artistique de son réalisateur Sam Levinson. (© 2022 Home Box Office, Inc.)

Une musicalité retrouvée

Si les tenues et maquillages extravagants de la première saison sont un peu moins présents dans les quatre premiers épisodes, on notera des dialogues plus puissants. Les échanges profonds dévoilent davantage les personnages, en proie à leurs tourments. La musique, partie intégrante de l’identité d’Euphoria, est encore plus prédominante dans ce nouveau chapitre. La série est toujours rythmée par une bande-son originale composée par le chanteur et compositeur Labrinth, tout en piochant dans tous les styles, du rétro avec Right Down The Line de Gerry Rafferty au plus moderne Live or Die de Noah Cyrus.  

En résumé, cette nouvelle saison a tous les ingrédients pour séduire ses fans, avec de nouvelles thématiques abordées comme les relations familiales, la culpabilité, la perte de désir sexuel, la jalousie. Un scénario qui s’annonce plein de rebondissement et de changements radicaux dans les vies des personnages, en particulier dans l’épisode quatre…

"Euphoria saison 2", premier épisode disponible depuis le 10 janvier sur OCS, puis sortie d'un épisode par semaine chaque lundi sur la plateforme.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Séries

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.