Dupont de Ligonnès : l'enquête du magazine Society publiée dans un livre et bientôt adaptée en série

Les deux numéros du magazine Society dans lesquels a été publiée l'enquête sur l'affaire Ligonnès ont été vendus à 400 000 exemplaires. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Caméra braquée sur la maison où Xavier Dupont De Ligonnès est suspecté d'avoir assassiné sa femme et ses quatre enfants à Nantes en 2011, 12 octobre 2019 (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

Après les kiosques et les librairies, le petit écran : l'enquête fleuve du magazine Society sur l'affaire Xavier Dupont de Ligonnès, déjà transformée en livre, va être adaptée en série, a-t-on appris lundi.

Phénomène éditorial de l'été, cette enquête publiée cet été dans deux numéros du magazine vendus à 400.000 exemplaires en tout, a déjà été rassemblée dans un livre qui paraît ce 9 décembre 2020 chez So Lonely/Marabout.

Mais So Press, l'éditeur de Society (et d'autres magazines comme So Foot, So Film...), voit encore plus grand. Le groupe a dévoilé lundi 7 décembre un accord avec la société de production télévisuelle française Federation Entertainment, qui vise à "coproduire des adaptations audiovisuelles d'enquêtes et articles publiés par So Press", et dont le premier projet sera une série télé sur l'affaire Dupont de Ligonnès.

Fidèle à l'enquête

Une série qui restera fidèle à l'enquête journalistique, selon l'éditeur. "On va être hyper impliqué pour qu'on soit garants de l'éthique et de la déontologie" de l'adaptation, a expliqué sur France Inter Franck Annese, le patron de So Press.

Signée Pierre Boisson, Maxime Chamoux, Sylvain Gouverneur et Thibault Raisse, l'enquête a été publiée initialement le 23 juillet et le 6 août dans Society, rencontrant un engouement du public "proche de la folie", selon le patron de Sopress

Xavier Dupont de Ligonnès, suspecté d'avoir tué sa femme et ses quatre enfants à Nantes en avril 2011, n'a jamais été retrouvé, suscitant de nombreuses hypothèses pour savoir s'il est mort ou fugitif.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.