Dépenses importantes, recettes "faibles", bâtiments dégradés : un rapport accablant étrille la gestion de l'Opéra de Marseille par la Ville

"Aucun projet stratégique", d'importantes dépenses de fonctionnement, mais des recettes "faibles" : la gestion municipale de l'opéra de Marseille et du théâtre de l'Odéon est étrillée dans un rapport de la Chambre régionale des comptes de Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
L'opéra municipal de Marseille, en septembre 2013. (FREDERIC DEFOSSEZ/SIPA / SIPA)

Un rapport de la Chambre régionale des comptes de Provence-Alpes-Côte d'Azur, rendu public ce mardi, étrille la gestion par la ville de Marseille de l'opéra municipal et du théâtre de l'Odéon. L'opéra (1 800 places) et le théâtre (800 places) "ne disposent d'aucun projet stratégique" et "aucun bilan annuel ne permet de retracer l'activité détaillée des deux équipements culturels" gérés en régie municipale directe et réunis sous une même direction depuis 2013, relève la synthèse du rapport, qui porte sur les années 2016 et suivantes.

20 millions d'euros de dépenses par an

"L'opéra et le théâtre de l'Odéon ne sont pas dotés d'un projet d'établissement formalisé" et "sont ainsi gérés par la collectivité au fil des saisons", précise le rapport, qui ajoute que "l'élaboration d'une stratégie nécessite au préalable une connaissance fine des publics", qu'aucune des deux structures n'a entreprise."Ni l'orchestre, ni l'opéra ne disposent d'un label national", poursuivent les magistrats, selon lesquels cette absence "a privé l'opéra de ressources en provenance de l'Etat" et "l'a aussi affranchi de toutes les obligations liées au respect de cahiers des charges". La ville est cependant engagée depuis 2022 dans une démarche pour obtenir le label "Opéra national en région", précise le rapport.

Par ailleurs, "en l'absence de comptabilité analytique, la commune ne connaît pas le coût complet de ce service qui emploie pourtant plus de 350 agents et génère des dépenses de fonctionnement de plus de 20 millions d'euros par an, soit l'équivalent du budget de fonctionnement d'une commune de 15 000 habitants", relève le rapport, notant qu'en outre "les recettes sont faibles", en raison notamment d'une politique de gratuité opaque.

"Les tarifs sont bas, mais la commune ne peut les augmenter, au vu des conditions de confort qui devraient être améliorées", avec des "bâtiments, entrepôts et ateliers (...) dans un état avancé de dégradation", complète-t-il. Dans le même temps, l'activité des deux structures "s'infléchit", selon le rapport, qui pointe une réduction du nombre d'œuvres et de représentations proposées à l'opéra au cours des cinq saisons étudiées.

"Absentéisme des fonctionnaires"

Enfin, en matière de ressources humaines, les magistrats fustigent un "recours croissant" aux intermittents, notamment pour "pallier l'absentéisme des fonctionnaires" tandis que les musiciens, dont certains "cumulent plusieurs emplois à temps complet", n'effectuent en moyenne "que la moitié ou les deux tiers" du "nombre de services (répétitions et représentations) prévu par le règlement de travail de l'orchestre".

Les institutions culturelles marseillaises sont régulièrement pointées du doigt. Dans un rapport de décembre 2021, la Chambre régionale des comptes avait déjà sévèrement épinglé la gestion par la ville de ses musées municipaux. Cette nouvelle polémique vient également s'ajouter à celle autour de la reprise de la gestion par la ville de Marseille du château de la Buzine, le supposé Château de ma mère de Marcel Pagnol.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.