Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo L'agression de Kim Kardashian "est une contre-publicité pour Paris", estime NKM

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
DLTFTV_MAM_6731202
EUROPE 1
Article rédigé par
France Télévisions

Cheffe de file du parti Les Républicains au Conseil de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet a réagi à l'agression de Kim Kardashian dans un hôtel de la capitale.

Un petit mot pour la star agressée, et une vive critique de la mairie de Paris. La cheffe de file des Républicains au Conseil de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, a commenté, lundi 3 octobre sur Europe 1, l'agression de Kim Kardashian dans un hôtel de la capitale.

"On pense à elle parce que ce qui lui est arrivé est violent et traumatisant, a commencé l'élue de la capitale. Et puis on pense à l'image de Paris. On a ce matin, sur toutes les chaînes du monde et en boucle pour toute la journée, l'information qui est en train de tourner. Vous vous rendez compte de la contre-pub que ça représente ?"

"Les rues de Paris sont aujourd'hui protégées"

NKM a ensuite vivement critiqué la mairie de Paris, qui aurait refusé d'organiser un débat sur la sécurité voulu par l'opposition : "Il y a une urgence générale sur la sécurité à Paris, a-t-elle estimé. On peut faire toutes les publicités qu'on veut, pour très cher, sur I Love Paris, venez à Paris… Toutes ces pubs viennent d'être annulées par l'affaire Kim Kardashian", a-t-elle conclu.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, lui a répondu quelques heures plus tard. "Cet acte très rare ne remet en aucun cas en cause le travail des policiers et la sécurité de l'espace public parisien", a-t-elle indiqué dans un communiqué, estimant que "les rues de Paris sont aujourd'hui protégées"

Anne Hidalgo a ensuite appelé les responsables politiques à faire preuve de responsabilité. "Utiliser ce fait divers à des fins de polémique reviendrait à porter directement atteinte au secteur du tourisme", a-t-elle lancée, sans nommer NKM.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.