Miss France 2015 : Hinarere Taputu élue première dauphine, la malédiction se poursuit pour Tahiti

"Miss Tahiti, la Poulidor des Miss France", s'amuse un internaute, après que la prétendante venue de Polynésie française s'est classée deuxième du concours de beauté.

Hinarere Taputu (à droite), élue première dauphine de Miss France, lors de la cérémonie annuelle au Zénith d\'Orléans (Loiret), le 6 décembre 2014.
Hinarere Taputu (à droite), élue première dauphine de Miss France, lors de la cérémonie annuelle au Zénith d'Orléans (Loiret), le 6 décembre 2014. (NIVIERE / SIPA)

Quand ça ne veut pas... Pour la troisième année consévuctive, Miss Tahiti est arrivée à la deuxième place du concours Miss France, samedi 6 décembre. La malédiction fait beaucoup réagir en Polynésie française, collectivité d'outre-mer friande de concours de beauté.

> Miss France 2015 : revivez le sacre de Camille Cerf, Miss Nord-Pas-de-Calais

Après Hinarani de Longeaux, battue par Marine Lorphelin en 2012, Mehiata Riaria, battue par Flora Coquerel en 2013, Hinarere Taputu a elle aussi été élue première dauphine de la nouvelle Miss France, Camille Cerf, originaire du Nord-Pas-de-Calais.

"Comment tu veux qu'on gagne ?"

D'après le récapitulatif des résultats publié par TF1, le jury avait placé les deux prétendantes à égalité : c'est le vote du public qui a fait gagner la métropolitaine. Sur les réseaux sociaux, les Polynésiens ont souligné la différence de soutiens potentiels de ces deux Miss : "4 millions d'habitants dans le Nord-Pas-de Calais, 280 000 en Polynésie, comment tu veux qu'on gagne ?", s'interroge ainsi une internaute.

Certains soupçonnent les métropolitains de racisme envers l'outre-mer, d'autres égratignent la Miss France élue. Quelques-uns soupçonnent même un complot contre la Polynésie : "Ça coûterait trop cher à la production d'organiser l'élection à Tahiti si on gagnait, sans compter le décalage horaire", écrit un internaute. "Miss Tahiti, la Poulidor des Miss France", conclut avec humour un autre.

 

Les précédents de 2012 et 2013

Les deux années précédentes, la polémique avait surtout porté sur la capacité des serveurs à absorber les nombreux votes venus de Polynésie française. Selon le gouvernement local, plus de 122 000 votes de Polynésiens n'avaient pas été comptabilisés par le serveur de TF1, qui était saturé. Rendez-vous en décembre 2015 pour vérifier si la malédicition se poursuit ou non pour Tahiti.