Ce qui nous plaît chez Jean-Jacques Goldman

Selon le sondage Ifop-Le JDD de décembre, le chanteur reste la personnalité préférée des Français, malgré douze ans d'absence sur la scène musicale française.

Jean-Jacques Goldman sur scène aux NRJ Music Awards, à Cannes (Alpes-Maritimes), le 19 janvier 2002.
Jean-Jacques Goldman sur scène aux NRJ Music Awards, à Cannes (Alpes-Maritimes), le 19 janvier 2002. (REUTERS)

Il ne sort pas de nouvel album, ne monte pas sur scène et fuit les micros et caméras, pourtant Jean-Jacques Goldman reste la personnalité préférée des Français. En "une" du Journal du Dimanche du 29 décembre : le chanteur a été élu personnalité préférée des Français dans le traditionnel sondage Ifop-Le JDD, publié deux fois par an.

Comment un tel plébiscite est-il possible, alors même que le chanteur a mis depuis plus de dix ans sa carrière musicale entre parenthèses ? Francetv info revient sur la personnalité du chanteur et ce qui lui vaut l'affection sans faille du public.

Il sait se faire discret

Le dernier album de Jean-Jacques Goldman remonte à 2001 et, s'il a écrit plusieurs chansons pour des artistes comme Gérald de Palmas ou Zaz, il n'est pas remonté sur scène pour un concert depuis 2004.

Seule consolation pour ses fans : un album de reprises intitulé Génération Goldman, produit par le label participatif My Majro Company, co-fondé par son fils Michael Goldman.

Mais peut-être cette absence nourrit-elle sa popularité. "Un artiste doit se faire rare pour susciter du désir. Lui le fait sans calcul", analyse Patrick Bruel dans le JDD.

Il mène une vie simple

Loin des projecteurs, Jean-Jacques Goldman coule, à en lire ses proches, des jours paisibles à Marseille avec sa deuxième femme, prof de maths, et leurs trois enfants, Maya, Kimi et Rose, âgés de 8, 7 et 5 ans.

"Membre de l'association de parents d'élèves, il participe à l'organisation de la kermesse de l'école, a tenu un jeu de quilles, aidé les élèves de la chorale à écrire une chanson", raconte le JDD.

Loin des repères bling-bling, le chanteur aurait vécu "neuf ans dans un T4, meublé Ikea", entre 2001 et 2010, souligne Michael Jones, un proche de Goldman, dans l'hebdomadaire.

Il sait toucher les cœurs

Si Jean-Jacques Goldman reste aussi populaire après une décennie de silence, c'est aussi que ses mots, en leur temps ont touché plusieurs générations de Français.

A l'image du reportage qui inspira Juste après (1993) (voir vidéo ci-dessous), rappelée dans le clip de la chanson, ses textes évoquent des histoires simples mais émouvantes. Dans le cri de jeunesse d'Au bout de mes rêves (1981) comme dans le message d'amour de Je te donne (1985), Jean-Jacques Goldman sonne juste.

"C’est quelqu’un d’intègre, qui ne s’est jamais déjugé. Il n’a aucun des stigmates de la célébrité. Dans une époque où la peoplisation envahit tous les domaines, on s’aperçoit qu’on peut proposer un autre rapport au monde et Goldman propose cela ", explique Didier Varrod, auteur d'une biographie non officielle du chanteur, dans Ouest-France.

L'homme reste d'ailleurs fidèle à ses engagements, comme la tournée annuelle des Enfoirés, pour les Restos du cœur, dont il est toujours l'une des têtes d'affiche. Une fidélité qui fait écho à celle que lui témoignent les Français.