Cet article date de plus de quatre ans.

Tombouctou : les réparations des mausolées détruits par un djihadiste malien coûteront 2,7 millions d'euros

La Cour Pénale Internationale (CPI) a estimé jeudi que les préjudices des destructions de mausolées de la cité historique de Tombouctou, ordonnées par le djihadiste malien Ahmad al Faqui al Mahdi, s'élèvent à 2,7 millions d'euros.
Article rédigé par
franceinfo Culture (avec AFP) - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cette capture d'écran d'une vidéo datée de 2012 montre les djihadistes détruisant les mausolées. Les réparations engendrées coûteront 2,7 millions d'euros, financées par le Fonds au profit des victimes.
 (STR / AFP)
"La chambre ordonne des réparations individuelles, collectives et symboliques pour la communauté de Tombouctou, reconnaît que la destruction des bâtiments protégés a causé de la souffrance aux personnes à travers le Mali et la communauté internationale et estime M. Mahdi responsable pour les réparations à 2,7 millions d'euros", a déclaré le juge Raul Cano Pangalangan dans la lecture de son ordonnance.
 
M. Mahdi a été condamné en septembre à neuf ans de prison pour avoir "dirigé intentionnellement des attaques" contre la porte de la mosquée Sidi Yahia et contre neuf des mausolées de Tombouctou, classés au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco.

Toutefois, si le jihadiste est incapable de payer le montant estimé des dégâts, la Cour "n'est pas d'accord avec le fait que l'indigence de M. Mahdi ait un impact sur l'ordonnance de réparation". Elle encourage le Fonds au profit des victimes, organe indépendant financé par des contributions volontaires publiques et privées, à "compléter toute réparation individuelle ou collective" et à lever des fonds à cette fin.

Demande de pardon

Né vers 1975, M. Mahdi était un membre d'Ansar Dine, l'un des groupes jihadistes liés à Al-Qaïda qui ont contrôlé le nord du Mali pendant environ dix mois en 2012, avant d'être en grande partie chassés par une intervention internationale déclenchée en janvier 2013 par la France.

En tant que chef de la Hisbah, la brigade islamique des moeurs, il avait ordonné et participé aux attaques contre les mausolées de cette ville fondée à partir du Ve siècle par des tribus touareg et devenue un grand centre intellectuel de l'islam. Après avoir plaidé coupable à l'ouverture de son procès, cet homme aux petites lunettes avait demandé pardon à son peuple pour avoir saccagé ces monuments classés au Patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco et détruits à coups de pioche, de houe et de burin.
 
La CPI a ordonné la publication en ligne de ces excuses ainsi que le versement d'un euro symbolique à l'Etat malien et à la communauté internationale "qui est le mieux représentée par l'Unesco" dans cette affaire pour la souffrance encourue. Par ailleurs, le Fonds au profit des victimes devra présenter avant le 16 février un projet de plan de mise en oeuvre des réparations.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Patrimoine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.