Pompéi : une inscription remet en question la date de l'éruption

Un graffiti au charbon de bois découvert par des archéologues sur un mur de Pompéi semble confirmer que la ville romaine a été ensevelie par l'éruption du Vésuve en octobre 79 et non en août, rapportaient mardi les médias italiens.

Les dernières fouilles à Pompéi. Une inscription sur une villa laisse penser que l\'éruption qui a enseveli la ville romaine date d\'octobre 79 et non d\'août 79
Les dernières fouilles à Pompéi. Une inscription sur une villa laisse penser que l'éruption qui a enseveli la ville romaine date d'octobre 79 et non d'août 79 (Gennaro Giorgio / AFG / SIPA)
Selon le directeur des fouilles à Pompéi, Massimo Osanna, l'inscription tracée par un ouvrier travaillant dans une villa comporte la date du "16e jour avant les calendes de novembre, ce qui correspond au 17 octobre". Ce graffiti au charbon étant par nature fragile et éphémère, "il est probable qu'il a été tracé en octobre de l'an 79 avant notre ère", a-t-il dit à la presse.

Un récit de Pline le Jeune indiquait la date du 24 août 79

On a longtemps pensé que la destruction de Pompéi avait eu lieu le 24 août 79 en raison d'un récit de l'éruption volcanique fait par Pline le Jeune, près de 30 ans plus tard, dans deux lettres adressées à l'historien Tacite.
 
Mais Massimo Osanna a rappelé que plusieurs éléments trouvés sur place avaient déjà suggéré que l'éruption aurait pu avoir lieu à l'automne.
 
On a découvert, lors de précédentes fouilles, une branche calcifiée portant des baies qui, normalement, n'apparaissent pas avant l'automne. Autre indice, des archéologues ont découvert dans les strates de la cité ensevelie des vestiges de brasiers destinés au chauffage des maisons, qui ne cadrent pas avec les chaleurs de l'été.

L'éruption pourrait avoir eu lieu le 24 octobre

Pour Massimo Osanna, la découverte du graffiti, ajoutée à ces précédentes découvertes, conduit à penser que le Vésuve est entré en éruption le 24 octobre.
 
"Aujourd'hui, avec beaucoup d'humilité, peut-être que nous réécrivons les livres d'histoire car nous datons l'éruption à la seconde moitié d'octobre", a commenté le ministre italien de la Culture, Alberto Bonisoli.
 
Site italien le plus visité après le Colisée de Rome, Pompéi a accueilli un record de 3,4 millions de touristes en 2017 et près de 3 millions pour les seuls huit premiers mois de 2018.