Pas-de-Calais : des cabanes de plage menacées de destruction, les propriétaires contestent

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Pas-de-Calais : des cabanes de plage menacées de destruction, les propriétaires contestent
France 2
Article rédigé par
C. Colnet, M. Mouamma, E. Delbecque - France 2
France Télévisions

Depuis plusieurs mois, des propriétaires de cabanes de plage à Blériot-Plage (Pas-de-Calais) contestent la destruction de leurs chalets entreprise par les autorités au nom de l'écologie. Pour la majorité de ces propriétaires, c'est une décision injuste, car pour eux, ces chalets en bois font partie du patrimoine de la région. 

À Blériot-Plage, près de Calais (Pas-de-Calais), une bataille se livre sur la plage depuis plusieurs années au sujet des chalets en bois. Ils sont plus de 200, sur des pilotis, alignés face à la mer. "Moi c'est mon petit paradis, face à la mer, c'est génial", explique le propriétaire d'une cabane de plage. Ces chalets ont été construits à partir des années 50 par des familles modestes de la région. Mais aujourd'hui, selon les autorités, elles ne sont plus aux normes : trop grandes et impossibles à démonter, comme l'exige la loi. L'État menace de les détruire dès le mois prochain. 

La mairie propose un autre projet de location l'été

"Je ne me vois pas sans mon chalet, c'est tout ce que j'ai. Les voir partir, c'est un crève-cœur", conteste un propriétaire. Selon la mairie, la démolition est pourtant la seule option. Pour se conformer à la loi sur le littoral, les élus proposent une autre solution : des cabanes plus petites à louer pour l'été uniquement. "Nul ne peut être ancré dans le domaine public maritime sauf une implantation temporaire", rappelle Guy Allemand, le maire de Sangatte Blériot-Plage. Résignés, 180 propriétaires ont donné leur accord pour le démontage de leurs chalets. Une trentaine, en revanche, résiste et demande une adaptation de la loi sur le littoral. "Il faut qu'on se batte car ce patrimoine mérite d'être défendu", estime Loïc Lassale, président de l'association des Chalets-Castor. "On les défendra, on les sauvera et on gagnera", poursuit le propriétaire. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.